Accueil Informatique Nouveau Samsung Série 9 15 »: quand la Corée sort ses griffes

Nouveau Samsung Série 9 15 »: quand la Corée sort ses griffes

    0
    Le nouveau Samsung Série 9 15 » est le dernier né de la division informatique de Samsung. Véritable démonstration de force, cet ultra-portable montre que le constructeur coréen a les moyens de titiller les plus grands sur leur terrain.

    Il y a maintenant un peu plus d’un an, Samsung avait surpris son monde en présentant le Série 9. Affichant jusque là une stratégie mettant plutôt l’accent sur des produits informatiques abordables, le constructeur a effectué un virage à 180° en se concentrant sur des machines haut de gamme. Un choix qui s’est révélé au final plutôt bon, le premier Série 9 ayant été en son temps, avant les ultrabooks, le premier ultraportable PC capable de rivaliser avec le Macbook Air d’Apple. La marque nous a donc invité dans son QG coréen a quelques kilomètres de Séoul pour nous présenter son nouveau Samsung Série 9 15 » et les circonstances qui ont entouré sa création.

    Samsung-Notebook-Serie-9-6.jpg

    Plus de métal, moins de plastique

    Bien que faisant partie des meilleurs notebooks de 2011, le Série 9 première génération n’en était pas pour autant dénué de défauts. Les connecteurs étaient par exemple difficiles à utiliser car dissimulés derrière des trappes. L’utilisation de plastiques de qualité moyenne était également ennuyeuse car elle tranchait avec un design en feuille de métal plutôt réussis. Samsung a corrigé la plupart de ces défauts avec son nouveau châssis. Ce dernier conserve la forme générale de « feuille pliée en deux » mais avec des angles plus vifs et une apparence générale bien plus propre. Le châssis est en effet de type « unibody » et a ainsi un feeling bien plus haut de gamme que celui de l’an passé.

    Samsung-Notebook-Serie-9-3.jpg

    Nous sommes en revanche assez peu convaincus par la finition choisie, un bleu nuit non texturé. C’est certes joli mais la coque collectionne les empreintes digitales. C’est d’autant plus dommage que certains des prototypes que nous avons pu étudier arboraient un noir bien plus séduisant. Cette teinte est toutefois toujours à l’étude et arrivera peut-être en fin d’année, nous a confié un représentant de la marque. L’utilisation de l’aluminium permet également d’obtenir un notebook bien rigide, ce qui est un point faible habituel des ultra-portables. On remarque au passage que Samsung entre dans le club restreint des constructeurs capables de produire ses propres châssis de type unibody. Un petit exploit tant Apple avait verrouillé la technologie.

    Les limites de la finesse ?

    Comme il l’a déjà fait avec la Série 7 Chronos, Samsung a utilisé des écrans aux bords très fins. Cela permet d’avoir un portable nettement plus compact que ce que l’on trouve habituellement sur cette diagonale. Le Série 9 15 pouces est donc plus proche d’un modèle 14 pouces traditionnel du point de vue de l’encombrement. Ajoutez à cela une grande finesse (15 mm) et un poids plume (1,6 Kg) et vous obtenez le 15 pouces le plus nomade que nous ayons rencontré jusqu’ici. Cette tendance à la mobilité est confirmée par un chargeur compact par contre moins joli que celui de la première génération.

    Samsung-Notebook-Serie-9-9.jpg

    Nous avons demandé aux designers jusqu’où pourra aller cette course à la finesse et ils nous ont avoué que l’on arrive a des limites physiques et que le facteur de forme n’évoluera pas trop dans les prochaines années. Ultra-portable oblige, on fait rapidement le tour de la connectique. On trouve trois ports USB, une sortie Jack, une sortie micro-HDMI et un lecteur de carte dissimulé derrière un petit clapet. On remarque également deux connecteurs propriétaires permettant via un accessoire un accès à des connecteurs VGA et Ethernet. Seul ce dernier est toutefois fourni par défaut.

    Samsung-Notebook-Serie-9-4.jpg

    Bien que le Série 9 soit plus compact que la concurrence, il n’en embarque pas moins un grand clavier rétroéclairé de vert. Bien que spacieux il aurait mérité des touches un peu plus profondes. Le touchpad est grand et confortable, on note que les gestures multitouch sont un peu mieux pris en compte que d’habitude sous Windows, sans atteindre toutefois le niveau des produits Apple.

    La politique de l’écran mat

    L’écran nous laisse une impression un peu mitigée. D’un côté sa forte luminosité et sa dalle matte le rendent particulièrement lisible et de l’autre les angles de vision verticaux sont un peu étroits. Rien de méchant mais combiné à la relative faiblesse des charnières cela peut être ennuyeux. Les couleurs manquent un peu de saturation mais elles sont relativement fidèles. La résolution adoptée (1600 x 900) est très lisible et offre un espace de travail correct mais fait bien entendu pale figure à coté de la dalle Retina embarquée sur le dernier Macbook Pro d’Apple.

    Samsung-Notebook-Serie-9-2.jpg

    Nous avons demandé aux ingénieurs en charge du Série 9 quelles seraient les évolutions pour l’année prochaine dans le domaine de l’affichage. Outre un tactile fortement mis en avant (Windows 8 oblige), on devrait avec un peu de chance voir des premiers écrans OLED pour notebooks l’an prochain. Une perspective plus que réjouissante au vu des qualités de la technologie. La prochaine génération de Série 9 devrait également être dotée de dalles 1080p, le modèle actuel se contentant d’une résolution moindre pour des raisons de prix.

    Les hauts parleurs sont à oublier, le son fourni est tout juste moyen et manque de puissance. Un résultat toutefois logique au vu de la compacité de l’appareil.

    Nouveau Samsung Série 9 15 » : des entrailles à la sauce Samsung

    Le nouveau Samsung Série 9 15 » est un pur produit Samsung dans le sens où nombre de composants sont fabriqués en interne. Plutôt connu du grand public pour ses téléviseurs et téléphones, Samsung n’en est pas moins un véritable géant dans le domaine des semi-conducteurs et autres écrans. Plus que tout autre marque, Samsung a la capacité de concevoir et produire en interne les composants nécessaires à la construction d’un notebook. Dans le Série 9, 75% des composants sont fabriqués et conçus en interne. Seule exception majeure : les processeurs et le système d’exploitation.

    Samsung_Serie_9_interieur.jpg

    Ainsi Samsung peut se permettre de mettre l’ingénierie au service du design. Un designer nous expliquait par exemple qu’il n’existait pas de ventilateur assez fin pour le Série 9. Il aura suffi de quelques coups de fil à une autre division pour lancer la conception d’un modèle répondant aux besoins. Un luxe que seul peut être Apple peut se permettre. La machine est articulée autour d’un Core i5 double cœur similaire à celui que l’on trouve sur les ultrabooks. A noter que si la France reçoit le Série 9 quelques mois plus tard que certains voisins européens elle profite de la dernière génération de processeurs Ivy Bridge d’Intel. Outre un petit gain de performances processeur on gagne surtout une solution graphique intégrée 50% plus puissante que la précédente. On pourra ainsi s’essayer à un panel un peu plus large de jeux, tout en gardant à l’esprit qu’on ne pourra bien entendu pas jouer au dernier FPS à la mode. La mémoire et le SSD (bien entendu « made in Samsung ») offrent des performances de tout premier ordre et ont même été conçus sur mesure pour le Série 9. Les entrailles de la machine sont d’ailleurs un modèle ingénierie tant tout est pensé pour prendre le moins de place possible. Là encore le parallèle avec une certaine marque à la pomme est flagrant et flatteur.

    Samsung-Notebook-Serie-9-7.jpg

    A noter que les modèles 15 et 13 pouces différent fortement pour ce qui est la conception interne. Là où tous les composants sont soudés à la carte sur le 13 pouces (pour économiser de l’espace) le nouveau Samsung Série 9 15 » adopte une construction plus classique. Il est par exemple possible de remplacer facilement les barrettes de mémoire ou de changer le SSD, ce qui nous change du MacBook Pro Retina.L’autonomie du nouveau Samsung Série 9 15 » nous apparaît comme très bonne puisque nous avons tenu 6h45 lors de notre test de lecture vidéo, alors que le constructeur nous en annonçait 7. En utilisation plus réaliste (traitement de texte, navigation internet, musique) toutefois, nous avons pu tenir environ 5 heures. On notera que la charge s’arrête à 80 % de la capacité, une technologie connue et implémentée notamment sur les Sony Vaio pour limiter l’usure des batteries. A ce sujet les ingénieurs de la marque ont été clairs : il n’y aura pas de révolution dans un avenir proche. Les efforts sont plutôt concentrés sur une manière de produire des batteries plus abordables. Les lithium-ion utilisées sur les ultra-portables étant très onéreuses. Contrairement à certains ultra-portables la chaleur est bien évacuée et les nuisances sonores minimes, vous n’aurez aucun problème à le tenir sur vos cuisses.

    Samsung-Notebook-Serie-9-1.jpg

    Samsung ne s’est pas contenté de produire un bon hardware puisque la partie logicielle a elle aussi connu son lot de modifications. Bien qu’ils ne soient pas forcément flagrants, puisque ces changements ont été effectués sur le bios et le système d’exploitation, ils se ressentent à l’usage en permettent de tirer le meilleur du très performant SSD. Le démarrage s’effectue ainsi en moins de 10 secondes par exemple.

    Nouveau Samsung Série 9 15 » : mieux pour moins cher ?

    Samsung-Notebook-Serie-9-6.jpg

    Le nouveau Samsung Série 9 15 » réussit le tour de force d’être meilleur que son ancêtre sur tous les points. Plus beau, plus solide, plus puissant il est d’une manière généralement l’ultra portable PC le plus réussi du moment. Il rivalise d’ailleurs sans problème avec le Macbook Air. Reste tout de même quelques petits défauts, comme un SSD peut être un peu petit et des charnières trop souples. Autre point critique : le prix. A 1400 € le 15 pouces et 1300 € le 13 pouces le Série 9 est définitivement haut de gamme. Un tarif certes élevé mais pour nous cohérent au vu des prestations qui sont clairement un cran au dessus de l’ultrabook moyen. Il est aussi intéressant de remarquer que le nouveau Série 9 est vendu 300 € moins cher que son ancêtre au lancement, ce qui est peut-être la performance la plus impressionnante de Samsung.

    Caractéristiques :
    – Processeur : Intel Core i5-3317U
    – Mémoire : 4 Go
    – Écran : 15 pouces (1600 x 900)
    – Puce graphique : Intel HD 4000
    – Disque dur : 128 Go SSD
    – Connexions : 2 x USB 3.0, USB 2.0, micro-HDMI, micro-VGA, lecteur de cartes SD, RJ-45 (via adaptateur fourni)
    – Dimensions : 356.9 x 237 x 14.9 mm
    – Poids : 1,65 kg
    – Autonomie mesurée : 394 Minutes

    Retrouvez tous les tests de Smartphones dans nos pages. Rencontre avec Sangwon Yoon, Principal Designer chez Samsung Design Group IT Solutions

    Ere-Numérique : Quel est l’importance du design par rapport aux autres critères plus objectifs ?

    Sangwon_Yoon_1.jpgSangwon Yoon : Le design est devenu un aspect crucial puisque désormais l’apparence de l’ordinateur est un critère d’achat plus important que les caractéristiques techniques pures. C’est d’autant plus vrai que les performances ont fait un bond en avant spectaculaire ses dernières années. L’ordinateur est devenu un objet personnel qui projette une certaine image de soi et à l’aspect duquel on attache donc une importance toute particulière.

    A partir du moment où on essaie de s’exprimer en matière de design, est-ce que cela augmente forcément le prix final ?

    Plus que le design en lui-même, ce sont les matériaux comme le métal et les processus industriels lourds qu’il implique, qui font monter le prix. On explore en ce moment même des nouveaux processus qui nous permettraient de réutiliser le design existant avec du métal injecté ce qui diminuerait le prix tout en conservant l’aspect.

    Comment faites-vous pour que le design puisse s’accommoder de la production et vice-versa. Travaillez-vous de concert ?

    Tout à fait, designers et ingénieurs travaillent ensemble pour pouvoir conjuguer l’esthétique et les contraintes physiques comme techniques. Cela passe par de nombreux allers retours entre les deux groupes et un grand nombre de versions. Pour le Série 9, nous avons développé plus de 30 prototypes différents avant de nous arrêter sur le modèle de production. Outre le dialogue entre les designers et la technique, il y a aussi un grand travail de documentation en amont. En étudiant de près les modèles existants, les designers prennent conscience des limites techniques et peuvent ainsi proposer des designs réalisables rapidement.

    Sur un notebook, le design implique généralement aussi des choix technologiques. Qui a la priorité ou comment cela se décide-t-il ?

    Proto_1.jpgDifficile de répondre de manière nette. Chaque point est examiné au cas par cas et aucun des départements n’a systématiquement le dernier mot. Si le design pose des problèmes particuliers, c’est aux ingénieurs de trouver une solution pour le rendre réalisable. Nous sommes parfois obligés faire des concessions sur le design mais c’est finalement assez rare. Notre diversité est d’ailleurs un point fort puisque nous sommes en mesure de fabriquer nous même une part importante de nos composants, depuis les semi-conducteurs jusqu’aux écrans.

    Est-ce que les contraintes de nomadisme obligent à avoir recours à un type de matériel ?

    Faire une machine aussi fine et compacte est effectivement une source de contraintes innombrables. La plus grande d’entre elles est la finesse qui oblige à surveiller chaque composant. Ainsi, nous avons été obligés de découper la carte mère en plusieurs parties ou encore de placer les composants d’un seul côté du circuit imprimé. Une grande partie des composants ont ainsi du être conçus sur mesure pour pouvoir rentrer dans l’appareil.

    Pour la finesse extrême, peut-on envisager d’autres matériaux que le métal ?

    Sangwon_Yoon_2.jpgLe métal reste pour le moment un passage obligé, du moins pour le haut de gamme. Il est en effet difficile de conjuguer une grande finesse et une bonne rigidité. On restera donc cantonné encore quelque temps au métal même si nous expérimentons régulièrement de nouveaux matériaux. En ce moment, nous étudions par exemple la possibilité de remplacer l’aluminium par du magnésium pour diminuer les coûts et le poids de la machine.

    Samsung est réputé pour la qualité de son design et il est vrai que l’on reconnaît la griffe de la marque, comment ces guidelines s‘appliquent-elles et est-ce que vous travaillez avec les autres divisions ?

    C’est un des points sur lesquels ont doit s’améliorer. En effet si quelques concepts très généraux sont partagés, les différentes divisions (NDLR : télévision, téléphonie et informatique) restent séparées. La collaboration reste donc relativement limitée et il est pour le moment difficile d’offrir un design commun pour des produits comme les téléviseurs, les smartphones ou les notebooks. Rendre plus cohérents les designs est un de nos objectifs majeurs et nous mettons par exemple en place des équipes de design inter-divisions pour progresser vers ce but.