Panasonic TX-L42DT50 : la télé sans chichi

0

Le Panasonic TX-L42DT50 est un écran LCD à rétro-éclairage LED signé Panasonic. La marque est plus connue pour ses écrans plasmas d’excellente qualité et jusqu’ici, son incursion dans le domaine particulier du LCD a rencontré un succès relatif, notamment à cause d’un modèle WT beaucoup trop cher. Ici, Panasonic a revu ses prétentions à la baisse… mais le prix suit la même tendance !

TX-L42DT50E-02.jpg

Le Panasonic TX-L42DT50 est téléviseur LCD relativement simple. Tout le monde n’a pas la prétention à devenir un puriste du home-cinéma. Pour bon nombre d’entre nous, l’utilisation principale d’un téléviseur se résume à appuyer sur le bouton de mise sous tension de la télécommande… et à regarder tout simplement la télé. Dans cette optique, un écran correct et bon marché peut répondre à la plupart des attentes familiales. C’est ce pari que tente de relever le Panasonic TX-L42DT50.

tablo1.jpg

Design et finition

Panasonic n’est pas franchement un constructeur rigolo. La télé est une chose sérieuse avec laquelle on ne plaisante pas, et ça se voit. Le design est relativement austère avec un cadre en aluminium brossé, souligné d’une fine lame de plexiglas qui intègre aussi le logo Panasonic en guise de témoin d’alimentation. Ce n’est pas franchement discret et ce n’est pas la meilleure idée design de la marque. Mais si le look ne plaira pas à tout le monde, la qualité de fabrication est irréprochable.

TX-L42DT50E-04.jpg

Ergonomie

Il n’y a pas grand-chose à dire sur ce point. Le DT50 est un téléviseur tout simple. Les menus, très austères aux aussi, sont typiques de la marque. On trouve pas mal d’options de réglages, même si les ajustements plus avancés, THX notamment, sont aux abonnés absents. La télécommande, légèrement retouchée par rapport à l’habitude est plutôt massive. A défaut de la trouver élégante, on ne pourra pas la perdre, c’est déjà ça.

TX-L42DT50E-03.jpg

Equipement

La connectique est elle aussi plutôt conforme au standard. Il n’y a pas grand-chose à dire là aussi. On trouve bien entendu la batterie de connecteur HDMI usuels, une prise Péritel et les connecteurs composites et composantes. L’appareil propose aussi une prise USB sur laquelle on peut enregistrer ses programmes ou faire du timeshift. D’ailleurs, le FAT32 et le NTFS sont reconnus. Concernant les formats de fichier, nous avons pu essayé avec succès les suivants : AVI, DivX, MP4, MKV, MOV. Pour la partie TV connectée, n’y revenons pas. Le Viera connect est assez complet, avec notamment un navigateur compatible HTML 5.

Panasonic TX-L42DT50 : consommation

La consommation du Panasonic TX-L42DT50 est étrangement élevée pour un 42 pouces. Elle dépasse les 150W en fonctionnement, ce qui est au moins deux fois plus élevés que les meilleurs 42 pouces.

tablo2.jpgLe Panasonic TX-L42DT50 est assez bien réglé par défaut. Ce n’est pas parfait mais presque, avec un mode « vrai cinéma » calé à 6400K. Quel constructeur peut en dire autant ? L’appareil bénéficie d’une fidélité chromatique honnête même s’il a plus de difficultés à se maintenir dans les teintes les plus sombres.

d_tx-L42DT50.jpg

Pour rappel, ce graphique donne la différence entre la nuance de couleur désirée et celle réellement affichée.

– Si DeltaE > 3, alors la couleur affichée est sensiblement différente de celle exigée, cet écart pourra être perçu par l’utilisateur.
– Si DeltaE < 2, LaCie considère que la calibration comme réussie, une légère différence persiste mais elle sera quasiment indécelable par son propriétaire. - Si DeltaE < 1, la fidélité des couleurs est excellente. tablo3.jpg

Le contraste est assez décevant. Mais à ce niveau de prix, c’est un résultat très moyen. Le 42 pouces pèche surtout par une profondeur de noir un peu faible, un problème connu sur les dalles IPS alpha.

Passé au Gretag Eye-one Display 2, l’écran montre qu’il respecte bien le standard. Cela dit, on voit aussi sur la courbe de gauche que dans le noir, les courbes n’ont pas exactement le même gain qu’ailleurs, ce qui explique aussi pourquoi l’appareil est à la peine.

g_tx-L42DT50_final.jpg

Le gammut représente la richesse des couleurs affichées. Les coins du triangle sont les couleurs primaires (en synthèse additive, bien sûr). Ainsi, la surface du triangle représente l’ensemble des couleurs affichables en combinant les trois teintes primaires avec plus ou moins d’intensité pour chacune d’entre elles. Donc plus la surface du triangle est étendue, plus les couleurs sont riches.

Uniformité spatiale

Nous avons mesuré l’uniformité de cet écran:

Nous réglons la dalle sur 50 % de luminosité, 50 % de contraste et nous mesurons l’uniformité de l’éclairage dans une image blanche quadrillée en 64 zones de taille égale : le point le plus lumineux est considéré comme le point 100 %, la valeur du noir précédemment mesurée est considérée comme 0 %, les autres valeurs mesurées sont étalées ensuite.

unif_TX42.jpg

Le Panasonic TX-L42DT50 offre une image d’une uniformité très correcte. Et surtout il n’y a pas de clouding.Le Panasonic TX-L42DT50 n’est à priori pas très rapide vu qu’il intègre une dalle d’origine IPS et effectivement, ça se ressent dans les résultats de mesure. On déplore notamment des temps de descente (transition du blanc vers le noir) d’une mollesse certaine. Du coup, il y a peu de chance que les hardcore gamers y trouvent leur compte.

latency_tx42.jpg

Pour rappel, encore une fois :

Cette courbe recense les différentes valeurs de latence en fonction du niveau de gris à atteindre. Une alternance noir-blanc se traduit sur la courbe par un point avec l’abscisse 255, une alternance noir-gris donne un point à 125 d’abscisse tandis qu’une alternance noir-gris foncé affiche 50, etc. La latence officielle ISO spécifiée par le constructeur ne concerne que les transitions noir/blanc (0/255).

Dans la pratique

Qualité vidéo

En dehors du mode vrai cinéma, point de salut. En effet, sorti de ce réglage magique, la dalle offre des couleurs criardes, absolument flatteuses pour l’utilisateur lambda, mais qui ne tromperont personne une fois l’appareil ramené à la maison. On déplore surtout dans les films une profondeur de noir en retrait par rapport à ce que peut faire la concurrence. Les noirs sont vite délavés et c’est un souci quand on regarde un film dans l’obscurité. La compensation de mouvement est assez agressive. Il faut laisser l’IFC(intelligent frame creation) sur minimum. Au-delà, c’est l’effet caméscope garanti. Malgré tout, ce téléviseur offre une image propre avec assez peu de bruit vidéo. Les angles de visions sont très larges.

Définition

En HD, le rendu est excellent. Nous avons trouvé l’image assez conforme au cinéma, avec un bon compromis entre piqué et douceur. L’image n’est pas agressive. Hélas en SD, c’est un peu trop doux. L’image est plus floue. On ne peut pas demander de miracle à un écran Full-HD bien sûr de ce point de vue, mais tout de même, le résultat est inférieur à ce que l’on peut voir chez Philips par exemple, qui fait toujours figure de référence en la matière.

3D

La 3D active est plutôt efficace, le rétro-éclairage est assez puissant pour supporter la perte de luminosité des lunettes et nous avons constaté assez peu de crosstalk, y compris dans les zones sombres. C’est donc plutôt un résultat positif.

Jeu vidéo

Le téléviseur s’en sort tout juste correctement. Sur les FPS un peu nerveux, les filés sont légion et l’IFC est à éviter à tout prix.

Mode PC

Aucun souci côté PC, on atteint sans problème les 1920 x 1080. Il faut juste désactiver le surbalayage pour profiter pleinement de toute l’image. Le texte est parfaitement lisible.

Qualité sonore

La qualité sonore est assez décevante avec une puissance sonore très limitée. Il faut monter le volume assez fortement pour commencer à avoir un peu de coffre, mais la spatialisation reste mauvaise. Mieux vaut donc confier vos oreilles à un petit kit 2.1.

Panasonic TX-L42DT50 : un écran moyen

TX-L42DT50E-01.jpg

Le Panasonic TX-L42DT50 n’est peut-être pas l’écran ultime, mais en LCD à rétro-éclairage LED, c’est celui que nous préférons chez le constructeur japonais. C’est un écran moyen partout, familial s’il en est. Le WT50 est pour nous beaucoup trop cher.

tablo4.jpg

Retrouvez tous nos TV LCD / Plasma en test dans nos pages.

Pas de commentaires

Laisser un commentaire