Toshiba KIRABook : l’Ultrabook à la japonaise

0

Voilà un moment que Toshiba n’avait pas sorti d’ultrabook dans nos contrées. Le Toshiba KIRABook n’est pas exactement nouveau ceci dit il est en effet disponible depuis un peu moins d’un an et vient d’être mis à jour avec les processeurs Haswell d’Intel. Voyons voir ce que cet ultrabook auto-avoué haut de gamme à donc à offrir.

DSC_3882.jpg

On ne va pas se mentir. Si les laptops Toshiba sont toujours très solides, leur design n’est pas toujours très heureux. Les Ultrabooks sont toutefois en général mieux lotis et heureusement le Toshiba KIRABook suit cette tendance. Comme souvent chez le japonais on a droit à une coque en alliage de magnésium, sur le papier plus légère et résistante que l’aluminium, mais qui a un rendu un peu plus plastique que d’autres matériaux. Le portable lui-même est assez compact et est dans la moyenne basse de la catégorie du point de vue poids. Le design est correct mais très classique et on doit bien avouer que l’on aurait préféré une finition unibody, surtout vu le prix…

DSC_3873.jpg

Malgré le format compact, le clavier est grand et confortable, tout comme le touchpad. On remarque toutefois un peu de souplesse du clavier, qui s’enfonce légèrement lorsque l’on appuie dessus. Rien de bien méchant, mais encore une fois on a vu mieux, surtout à ce prix. La connectique est étonnamment riche, avec trois ports USB, un lecteur de cartes et une sortie HDMI.

Le WQHD sur votre laptop

Toshiba_Kira.jpg

Si la tendance est à une montée des résolutions des écrans d’ordinateurs portables aucun standard ne s’est encore établi. D’un côté on a ceux qui se contentent d’un « simple » 1080p et de l’autre des constructeurs qui craquent leur slip (coucou le Yoga 2 Pro et son 3 200 x 1 800). Toshiba coupe la poire en deux et a choisi le 2 560 x 1 440 qui se révèle au final un choix intéressant. En effet l’interface reste tout à fait lisible et le gain de finesse d’affichage est notable. La dalle en elle-même est de très bonne qualité, le contraste en particulier est élevé, tout comme la luminosité. On trouve les couleurs correctes mais le graphiste aura peut-être intérêt à passer un petit coup de calibrateur.

DSC_3880.jpg

En interne on trouve donc un Core i5-4200U accompagné par 8 Go de mémoire vive et un SSD de 256 Go. On est donc un peu plus gâtés que la moyenne (encore heureux vu le prix) mais cela ne changera pas radicalement les performances de l’ensemble. Le passage à Haswell entraine cependant un joli gain d’autonomie puisque nous avons tenu 7h45 sur une charge là où la première génération peinait au bout de 5 heures. Le KIRABook ne chauffe pas trop mais le ventilateur se fait parfois entendre en charge. Dernière bonne surprise : on note le support du WiFi en version AC.

DSC_3870.jpg

Toshiba KIRABook : bon mais cher

Avec son passage à Haswell, le KIRABook passe de « moyen » à « bon ». Il est bien fini, joli, doté d’un bon écran et l’autonomie est enfin digne d’un Ultrabook. Le fait que Toshiba ait été généreux sur la RAM et le SSD est aussi un bon point. Reste la question, du prix. A 1 500 € la version de base, le KIRABook est cher. A titre de comparaison, le Lenovo Yoga 2 Pro coute 200 € de moins à configuration identique. Le fait que l’on ne trouve aucun mode « tablette » pourra aussi en déranger certains. Une bonne machine donc, mais pas le meilleur rapport qualité/prix du moment.

DSC_3874.jpg

Caractéristiques :
– Écran : 13.3 pouces IPS 2 560 x 1 440 pixels
– Processeur : Intel Core i5-4200U
– Mémoire : 8 Go
– Autonomie : 462 min
– Disque : SSD 256 Go
– Dimensions : 316 x 207 x 19,8 mm
– Poids : 1.35 Kg

Prix : 1 500 euros

Pas de commentaires

Laisser un commentaire