Alienware X51 : un PC joueur dans votre salon

0

L’ordinateur Alienware X51 est une machine pour le moins originale, un PC compact et puissant. Parfait pour remplacer une console vieillissante ?

Alienware_X51_17.jpg

Le PC Alienware X51 le dernier bébé d’un constructeur réputé pour ses machines au look particulier et ses portables hors norme. L’américain tente avec ce modèle une approche plutôt originale : le pc de joueur compact, à peine plus épais qu’un barebone.

De la supériorité du PC en matière de jeu vidéo

Si d’un point de vue technique, les PC sont LA plate-forme de jeu par excellence du fait de leur puissance énorme, ils souffrent de plusieurs défauts. Ils sont encombrants, relativement chers et surtout affichent une diversité matérielle difficile à appréhender pour un éditeur de logiciel. Résultat, les développeurs préfèrent développer sur consoles, PS3 et autres Xbox 360. On se retrouve ainsi avec des jeux corrects malgré un hardware plus que daté.

Alienware_X51_14.jpg

Malheureusement la génération de consoles actuelle est sérieusement vieillissante et les remplaçantes commencent à se faire attendre. C’est la première fois que l’on doit attendre aussi longtemps entre deux générations de consoles. Et le futur ne semble pas des plus roses puisque Sony et Microsoft ont bien décidés d’user leurs consoles jusqu’à la corde.

Alienware_X51_16.jpg

Dans le même temps l’univers PC continue à évoluer : les composants sont de plus en plus puissants et leur prix ne cesse de chuter. Même si un PC de joueur reste plus cher qu’une console on peut désormais monter une « bécane » solide pour à peine 600 €. Et à l’exception de quelques titres, les jeux sont multiplateformes et donc limités par les contraintes techniques des consoles. On peut donc faire tourner à peu près n’importe quel titre, sans avoir forcément une cavalerie graphique dernier cri. Utiliser un PC comme console de salon n’est donc pas si farfelu.

Régime sec

Alienware_X51_13.jpg

Pour ce X51, Alienware a du repasser sur la planche à dessin pour parvenir à un PC suffisamment compact et discret pour s’intégrer dans le salon. Le résultat est étonnamment réussi. Le X51 ressemble d’ailleurs beaucoup à une console, tant du point de vue du design ou de la taille. Pour diminuer le volume de la machine l’alimentation est externe, comme sur un laptop. Seule différence, celle du X51 est bien plus volumineuse. Comptez un bon kilo et demi. Le boîtier est étonnamment sobre pour du Alienware. Seule concession à l’esprit gamer/jacky : quelques leds dont on peut modifier la couleur via un utilitaire livré. Pour les gens de bon goût qui apprécient la discrétion, sachez qu’il est possible de tout éteindre.

Alienware_X51_2.jpg

PC oblige, on trouve une connectique très complète : pas moins de 8 ports USB (dont deux 3.0) et une large sélection de sorties audio (jack, optique et SPDIDF) et vidéo (DVI et HDMI). Seul manque vraiment un lecteur de cartes mémoires.

Alienware X51 : dans les entrailles de la bête

Alienware_X51_5.jpg

Nous n’avons pas pu nous empêcher d’ouvrir l’Alienware X51, et force est de constater que la marque a fait du beau travail. Tout est très bien pensé et le constructeur a réussi à faire rentrer des composants « classiques » dans son châssis compact. Le seul composant sur mesure nous semble être la carte mère qui est habilement séparée en plusieurs parties. Pas de panique tout de même, les connecteurs utilisés sont on ne peut plus standard.

Alienware_X51_8.jpg
Alienware_X51_9.jpg

Alienware utilise ingénieusement un « riser » pour faire rentrer sans problèmes une carte graphique double-slot. Dans notre modèle de test, on trouve d’ailleurs une GeForce GT555. Cette dernière n’est pas bien longue. On peut envisager de la remplacer par un GPU plus costaud.

Alienware_X51_3.jpg
Alienware_X51_6.jpg

Le graveur DVD est de type slot-in et le disque dur au format 3,5 pouces. Le choix de composants on ne peut plus standard vous laisse de la latitude pour bricoler.

Alienware_X51_4.jpg

Petite taille oblige, la ventilation est limitée : outre le ventirad du processeur on ne trouve qu’un petit ventilateur de 40 mm en façade dans le prolongement de la carte graphique. C’est peu et c’est probablement une des raisons de l’absence d’une carte graphique plus musclée. Dans tous les cas on peut dire que toute carte graphique n’évacuant pas l’air chaud directement à l’extérieur est à proscrire.

Vidéo de présentation d’Alienware
Alienware_X51_1.jpg

Le PC Alienware X51 est disponible en trois déclinaisons. Notre modèle de test est celui du milieu de gamme. C’est selon nous le plus équilibré de tous. On y trouve un processeur Intel Core i5 2320 (quadri cœur cadencé à 3 GHz), 8 Go de mémoire vive, un disque dur de 1 To et une carte graphique Nvidia GeForce GT 555. Tous ces composants étant issus de la gamme desktop, ils sont bien plus puissants que ce que l’on trouve habituellement dans un PC portable.

A l’usage

Alienware_X51_10.jpg

Les résultats des benchmarks synthétiques nous laissent un peu perplexe. Si le X51 enterre aisément la grande majorité des notebooks et autres tout-en-uns, il fait un peu pale figure face à un PC de jeu classique. La faute incombe à une GT 555 aux performances un peu légères pour jouer confortablement en 1080p, la résolution la plus utilisée du moment. On devra donc tailler dans les options graphiques pour conserver une fluidité acceptable. Pour en faire une machine de jeu parfaite il aurait fallu au moins une GT 560 Ti. Le remplacement de la carte est envisageable mais risque de se révéler un peu risqué pour les températures. Néanmoins la dernière génération de cartes Nvidia, dont la première représentante est la GeForce GT680, s’est révélée bien plus efficace d’un point de vue consommation et chaleur, ce qui laisse entrevoir de nouvelles possibilités dans un avenir proche. En dehors du jeu le X51 est une très bonne machine, vous pourrez sans problème faire du montage HD ou de la retouche photo un gourmande.

Dans votre salon

Alienware_X51_14.jpg

S’il est bien entendu utilisable sur un simple moniteur, le X51 n’affiche son potentiel qu’une fois connecté à un téléviseur, l’ajout d’une simple manette sans fil le transformant en console surpuissante. On vous recommande d’ailleurs chaudement le modèle Xbox 360 officiel, solide, confortable et surtout pris en charge par tous les jeux. Certes tous les types de jeu ne sont pas jouable à la manette mais ceux qui le sont affichent une supériorité graphique écrasante par rapport à leur version console. On n’exagère pas en disant que l’on redécouvre certains titres. Jouer à un Assassin’s Creed ou un Arkham City est infiniment plus agréable sur PC. Autre bonus sympathique : les jeux neufs sont moins chers sur PC, sans même évoquer les soldes Steam … Le X51 est également un lecteur multimédia très intéressant une fois que l’on a installé un logiciel adapté comme XBMC. L’utilisation dans le salon devrait d’ailleurs être facilitée dans les mois qui viennent par l’arrivée d’une nouvelle version de Steam introduisant un mode Big Picture adapté aux téléviseurs.

Alienware X51 : le futur du jeu sur PC ?

Alienware_X51_17.jpg

Ce modèle Alienware X51 est un pari réussi malgré quelques imperfections. Ce joli PC, compact et puissant, s’avère plus que séduisant pour le joueur amateur. Même loin d’un téléviseur le X51 se révèle intéressant pour qui cherche une machine très compacte et puissante sans devoir l’assembler. On peut en, effet monter des machines de joueur très puissantes et relativement compactes avec des cartes mères mini-ITX. A 900 € le X51 n’est pas donné mais affiche tout de même un rapport qualité/prix correct. On vous déconseille toutefois la version à 750 € qui est vraiment trop légère pour être utilisable.

Caractéristiques
– Processeur : Intel Core i5-2320 à 3 GHz
– Mémoire : 8Go
– Puce graphique : Nvidia GeForce GT555
– Disque dur : 1 To
– Lecteur/Graveur : Graveur DVD
– Dimensions 343 x 312 x 95 mm 5,5 Kg
– Connectique : 6 USB 2.0, 2 USB 3.0, Ethernet, sortie Audio 3.5mm, Entrée Microphone 3.5mm, Optique, SDPIF, sortie DVI, HDMI 1.3, WiFi

Retrouvez tous les tests d’ordinateurs / ordinateurs portables dans nos pages.

Pas de commentaires

Laisser un commentaire