[ Mardi 21 décembre 2004 ] par Martin Brazilai
Canon PowerShot G6 : 7 millions de pixels
|
 Prix en boutique (hors frais de port)
G7th Nashville Western Thomann 19.60 €


Un G6 à 7 millions : première prise en main





Annoncé par Canon à la fin du mois d’août dernier, le Canon PowerShot G6 était fortement attendu par les amateurs de compacts haut de gamme. Le G5 avait déjà connu en son temps un franc succès, on attendait forcément mieux du G6. Mais qu’y a-t-il de nouveau derrière ce dernier boîtier ?

Au niveau optique, rien de neuf puisque comme le Canon G5, le dernier-né de la série G est équipé d’un zoom 4x équivalent en 24 x 36 à un 35-140 mm ouvrant à F:2-3. Du point de vue technologie, Le G6 est également équipé du fameux processeur DIGIC déjà présent sur le prédécesseur. Alors, où est la différence ?

Pour ceux qui connaissent bien le G5, ils remarqueront immédiatement que l’apparence du G6 change de celle de l’ancien. En effet, Canon a fait des efforts pour rendre le dernier G plus compact. Le G6 est plus carré que le G5 et peut être un peu plus maniable. Toujours au niveau de l’apparence, le G6 n’est plus noir mais argenté, donc moins discret malgré sa taille réduite. De construction robuste, le G6 reste fidèle à sa série en alliant plastique et métal.



Pour ce qui est de l’ergonomie, notons qu’elle est parfois complexe. Par exemple, il faut passer par le menu s’affichant sur l’écran ACL pour trouver la synchro lente pour le flash… Pourquoi n’avoir pas mis cette fonction sur le bouton spécialement dédié au flash ? On se le demande…Dans le même ordre d’idée, le changement de la sensibilité est accessible via le bouton « func » et n’a pas de bouton dédié comme sur d’autres compacts concurrents. Par ailleurs, on peut remarquer, au niveau du viseur optique que Canon fait mieux que pour les G3 et G5. En effet, sur ces boîtiers, on observait à travers le viseur le fût de l’objectif. Sur le G6, ce n’est plus le cas. Mais ce viseur n’est pas non plus d’une luminosité exceptionnelle. On notera que les constructeurs misent généralement avec raison sur le fait que les utilisateurs se servent d’avantage de l’écran ACL. Celui-ci est légèrement plus grand que celui du G5. On passe en effet de 1,8’’ de diagonale à 2’’ mais le nombre de pixels reste le même (118 000). Toujours, orientable sur 180 °, il autorise un grand nombre de prises de vues inhabituelles comme l’autoportrait.

Mais surtout, la différence entre ces deux boîtiers se joue au niveau du capteur. Le G6 est équipé du dernier CCD à 7 millions de pixels. Alors que le G5 ne disposait que d’un 5 millions de pixels. Ce capteur à 7 millions d’une diagonale de 1/1,8’’ équipe également 4 autres compacts : le Casio Exilim P-700, l’Olympus C-7000, le Pentax Optio 750-Z, et le Sony Cyber-Shot V3.

La taille dudit capteur reste la même par rapport à celle du G5. 2 millions de pixels en plus, pour une même surface… Du coup, on est surpris de constater que l’éventail des sensibilités proposées reste le même que pour le G5 : de 50 à 400 ISO. Pourtant, plus le nombre de pixels présents sur un capteur (pour une même surface) est important moins il est sensible. C’est donc que le Canon G6 amplifie d’avantage le signal en provenance du capteur pour obtenir des sensibilités aussi hautes que pour le G5. Nous verrons par la suite comment ce nouveau capteur affecte la qualité des images.



Modes, menus et autres fonctions >