Accueil Jeux vidéo La séduction de Gameloft contre l’attaque de Vivendi

La séduction de Gameloft contre l’attaque de Vivendi

    0
    gamer

    Pour contrer l’OPA du groupe Vivendi, Gameloft veut séduire et rassurer ses actionnaires en leur démontrant que Gameloft n’a besoin de personne pour continuer son aventure.

    L’OPA hostile de Vivendi sur Gameloft est une étape importante dans l’histoire entre les deux protagonistes qui remonte à plusieurs mois. Mais c’est en février que les affaires se sont précipitées quand Vivendi à passer les 30 % de prise de capital, synonyme obligatoire d’une OPA.

    Si la première offensive avait été rejetée, car objectivement assez faible, Vivendi avait relevé son offre début mars de 20 % à 7,20 euros par action.

    Convaincre

    Michel Guillemot, PDG de Gameloft, sait qu’elle ne pourra pas lutter financièrement contre Vivendi, alors elle tente de rassurer les actionnaires et de les convaincre que les finances de Gameloft sont saines et que la société peut prospérer et avancer sans l’aide d’une autre structure.

    Ainsi, une réunion des actionnaires et du PDG à eu lieu le 22 mars à Londres durant laquelle Michel Guillemot a présenté des éléments financiers. Ainsi, dixit le DG « Le plan stratégique 2015 qui s’est traduit par une réorganisation globale des équipes et une forte réduction des coûts a commencé à porter ses fruits« . Si la perte nette a augmenté de 6,4 à 24,2 millions d’euros, les ventes ont progressé de 13 % sur un an, à 256,2 millions d’euros, grâce notamment au lancement de 16 nouveaux jeux. Le résultat opérationnel est négatif à 11,5 millions d’euros, mais les projections à 2018 le placent en positif à plus de 65 millions d’euros grâce à la régie publicitaire et son système automatisé de mise aux enchères des encarts publicitaires.

    Indirectement, Michel Guillemot tente aussi de rassurer les actionnaires d’Ubisoft qui est aussi sous le feu des attaques de Vivendi.