Le FBI a commis une erreur avec l’iPhone de « San Bernardino »

2
badge fbi

Dans l’affaire qui oppose Apple au FBI et à la justice, le FBI vient de reconnaître qu’une erreur avait bien été commise au tout début de l’enquête.

La rumeur d’une erreur du FBI lors de la récupération de l’iPhone 5C était sortie la semaine dernière aux États-Unis et elle vient d’être confirmée officiellement par James Corney, le patron du FBI.

L’erreur a été de modifier les identifiants de l’iPhone 5C ce qui a empêché le transfert des données vers iCloud, le service de sauvegarde dans le nuage d’Apple.

Toutefois, le FBI a précisé que, même sans cette erreur qui oblige maintenant à contourner les protections de l’iPhone, l’aide d’Apple aurait été nécessaire pour récupérer les données sur iCloud et que ce n’est pas la raison du recours au All Writs Act, une procédure judiciaire forçant la révélation de données, mais datant de 1789. D’ailleurs, un juge de New York a, dans cette affaire, contredit le DoJ, Department of Justice (l’équivalent du Ministère de la Justice), en indiquant que le All Writs Act était déconnecté du monde actuel.

Jurisprudence

Apple défend bec et ongles sa position en indiquant que ce n’est pas un stratagème marketing, mais une question de principe. S’ils accordent ce que le FBI et la justice américaine veulent, alors d’autres procédures seront engagées dans le même but aux États-Unis et à l’étranger.

Par contre, les gouvernements peuvent aller plus loin et inscrire dans la loi l’obligation aux entreprises de permettre des accès spéciaux aux terminaux et services pour le besoin d’enquête. D’ailleurs, un député PS, Yann Galut, a déposé lundi un amendement dans ce sens visant directement Apple et Google pour leur système d’exploitation iOS et Android.

L’affaire est donc loin d’être finie.

2 COMMENTAIRES

  1. je trouve qu’y une différence monumental entre :

    hacker un téléphone : viole de la vie privée et vole de donnée personnel.
    et
    demander des données héberger sur un serveur public (pour moi mettre une donnée sur un cloud c’est l’offrir à l’entreprise hébergeuse et a tout le monde, comme FB un pur suicide). bien sur ils aurai eu un paquet de 1 et 0 a analyser et plusieurs heures processeur pour rendre lisible les données mais ils n’aurai pas le nez dans l’eau a l’heure actuelle ;)

    F*ck le FBI
    et une fois n’est pas coutume : te laisse pas faire PD G d’apple ;)

  2. Ben, moi je ne comprends pas trop pourquoi on parle de vie privée.

    S’il y a une perquisition chez quelqu’un, les flics ont le droit de regarder partout mais pas dans un Iphone?

    C’est juste un peu de mauvaise volonté. Pas besoin de donner au FBI les clés de cryptage mais juste les infos contenues dans le tel …

Laisser un commentaire