Piratage tranquille au FBI

1
secret-205657_1280

Un hacker a réussi à s’introduire sur le réseau du Department Of Justice américain et à télécharger des données contenant des informations sur 20 000 employés du FBI. En toute simplicité.

C’est une histoire de piratage informatique qui risque de faire passer le FBI pour des novices dans le domaine de la sécurité. Dimanche, pendant que tous les États-Unis avaient les yeux braqués sur Santa Clara et le 50e SuperBowl, un hacker s’est introduit sur le réseau informatique du FBI et a récupéré une liste contenant noms, prénoms, emails, téléphones, pays de près de 20 000 employés du FBI et 9 000 officiers du Department of Homeland Security (DHS).

Trop facile

Le mode opératoire du hacker, tout de même très risqué vu l’attaque, a été assez simple. Le pirate a réussi à compromettre l’email d’un employé du Department Of Justice (DOJ), sans en expliquer la manière, puis, et c’est là le plus « rigolo », pour passer à travers les protections du site web du DOJ, il a téléphoné en se faisant passer pour un nouvel employé du DOJ et a obtenu les codes d’accès. À partir de là, ses courses ont pu commencer.

Le site Motherboard a pu vérifier les données volées et publiées durant le match de football américain en prenant plusieurs numéros de téléphone et en appelant. Et les noms des personnes correspondaient bien.

Le hacker n’a apparemment pas fait cela pour le plaisir, mais pour la Palestine. En effet, le dump des données commence par la mention « Long Live Palestine, Long Live Gaza » avec le hashtag mot-dièse #FreePalestine.

Il est fort à parier que les différents services concernés par ce piratage et ce vol vont tout faire pour retrouver le hacker, et qu’ils doivent être bien vexés par l’histoire.

1 commentaire

  1. S’il l’a fait pour la Palestine.Il a surement laissé son nom et son adresse ou l’heure à laquelle il sera chez lui?

Laisser un commentaire