Ryght Storm : l’enceinte sans fil ultra-nomade – 229 grammes

0

Toujours plus petit, telle pourrait être la devise de ces enceintes nomades sans fil destinées à sonoriser les smartphones et autres tablettes. Ryght a simplement construit un corps rond autour d’un haut-parleur pour minimiser l’encombrement. L’enceinte Storm est donc vraiment minuscule mais produit pour autant un son qui est loin d’être ridicule.

Ryght_Storm_1.jpg

Les enceintes nomades pour baladeurs, smartphones, tablettes et autres ordinateurs portables ont définitivement la cote auprès des fabricants. Après la Mini Boombox de Logitech et le FoxL de Soundmatters, voici la Ryght Storm. Elle est encore plus petite et surtout plus abordable. De forme ronde, elle saura vraiment se faire oublier dans un sac quelconque (60x60x50 mm). Environ deux fois plus petite que la Mini Boombox, elle est en revanche assez lourde avec 229 grammes contre 213 pour celle de Logitech. Ce poids est dû en partie au métal qui compose le haut de la structure et sans doute aussi à l’unique haut-parleur qui occupe tout le diamètre et émet vers le haut. Ce choix est d‘ailleurs assez rassurant pour la reproduction sonore que l’on peut en attendre. Plutôt que de miser sur un hypothétique effet stéréo de toute manière illusoire au vu de l’écartement possible sur de telles enceintes, Ryght a préféré utiliser toute la place disponible pour le haut-parleur et a pour ainsi dire construire l’enceinte autour. Le choix d’émettre vers le haut parait également pertinent car pour une enceinte nomade, il est pratique de pouvoir entendre aussi bien quel que soit le placement. Selon Ryght, le châssis en métal est également sensé faire office de caisse de résonnance pour améliorer notamment la reproduction des graves. L’objet est aussi assez décoratif et visuellement réussi.

Sans fil et sans reproches

Ryght_Storm_2.jpg

La connexion à la source se fait en Bluetooth 2.1 ce qui veut dire aussi que les appareils compatibles ne nécessitent pas de code d’appairage. C’est le cas d’un iPhone par exemple. Il suffit de démarrer l’enceinte par le bouton marche/arrêt et d’appuyer quelques secondes sur le bouton de lecture pour que la Storm soit reconnue par le téléphone. Il suffit ensuite de valider l’enceinte et la connexion se fait automatiquement. Une fois l’appairage initial effectué, l’enceinte se reconnecte quasi immédiatement dès qu’elle est mise en marche. Comme toujours en Bluetooth, la distance maximale varie de 7 à 10 mètres selon le lieu et les obstacles éventuels. La Storm peut aussi se connecter en filaire par une entrée mini-jack stéréo. Les commandes sont simples. Un bouton lecture/pause est encadré par deux boutons qui augmentent ou baissent le volume si on appuie brièvement et qui changent de plage musicale en appuyant plus longuement. C’est simple et efficace. Nous avons eu un modèle de pré-production qui était dépourvu de pieds caoutchouc et reposait donc à même le plastique ce qui devrait être corrigé à la sortie dans le commerce. C’est d‘autant plus important car sans pieds une partie du son est étouffée en posant l’enceinte sur une surface plane.

Mains-libres et en couleur aussi

Ryght_Storm_3.jpg

A signaler aussi que cette version à 60 euros est complétée par une autre à 70 euros qui intègre un microphone et fait donc office de mains libres pour les smartphones. Il existe également une version à 30 euros qui n’est que filaire et qui est déclinée en multiples couleurs alors que la version Bluetooth simple est noire et que le modèle mains-libres est métallisé. Sur les modèles sans fil, la batterie intégrée au lithium permet d’écouter à un niveau moyen pendant sept heures d’affilée. La recharge se fait en USB et un câble est fourni mais pas le chargeur secteur.

Ryght Storm : étonnant pour la taille

Ryght_Storm_4.jpg

Au regard de la taille, on pouvait être inquiet sur l’aptitude de la Ryght Storm à reproduire un son correct mais l’enceinte fait vraiment des miracles au regard de son encombrement minimal. Bien sûr, on fait l’impasse sur la stéréo mais c’est aussi le cas pour les autres enceintes de ce type. Pour autant, le son produit est vraiment impressionnant. Evidemment, le rendu est assez clair et les basses ne descendent pas bien bas même si elles sont présentes. De ce côté, les lois de la physique empêchent les miracles. En revanche, on apprécie la dynamique avec un son très présent qui ne donne jamais l’impression d’être étouffé. Les voix passent bien et les registres se détachent les uns des autres. Les aigus sont présents sans être insistants, il y a du médium et un peu de basses. Et on peut pousser le volume étonnamment haut sans que la saturation n’intervienne trop rapidement. Pour une écoute en semi-proximité, ce sera largement suffisant. Ce sont les musiques pas trop orchestrées qui passent le mieux, un chant accompagné d’une guitare, du jazz, du blues. Dès que l’instrumentation est plus nombreuse, la reproduction devient un peu confuse et pour de la musique électronique, ce n’est évidemment pas l’idéal. Le système de caisse de résonnance semble fonctionner mais cela aboutit aussi à un son artificiel et un peu brouillon. Mais ne boudons pas notre plaisir, pour le prix et compte tenu de l’encombrement, c’est vraiment très bien. C’est une bonne solution pour écouter de la musique à un niveau sonore suffisant en situation de mobilité.

Pas de commentaires

Laisser un commentaire