Sony KDL40HX720 : retour à la qualité

0

Ce téléviseur LED signé Sony représente ce que le constructeur fait de mieux en 40 pouces. Mais suite à une succession d’essais 3D infructueux, c’est avec appréhension que nous abordons le test de ce modèle. S’il n’est pas parfait au demeurant, cet écran signe le retour de Sony dans le hit-parade de la meilleure qualité d’image.

Sony_KDL40HX720_1.jpg

Le Sony KDL40HX720 est l’équivalent en 40 pouces du Sony KDL46HX820. Souvenez-vous. En début d’année, Sony prend la décision de transformer la série HX700 en HX820. Mais voilà, en 40 pouces, le HX820 n’est pas disponible ? Trop cher à fabriquer ? C’est possible. En attendant, le constructeur a repris une coque relativement ancienne pour y intégrer une dalle LED 200Hz affublé du fameux Motionflow XR 400 et d’une électronique compatible 3D.

tablo1.jpg

Design et finition

Sony_KDL40HX720_5.jpg

Le look de ce téléviseur 40 pouces sent un peu la naphtaline. Les Coréens serait-il en train de ridiculiser la marque qui s’est toujours targuée d’un design audacieux ? Ainsi, on est bien loin d’un Samsung UE46D8000. Pour dire les choses simplement, Sony a repris la coque du Sony KDL40EX720. La ligne est désuète mais la qualité de fabrication est irréprochable. C’est du sérieux. La coque est relativement épaisse, vous ne l’achèterez pas pour frimer.

Ergonomie

Les menus sont habituels avec l’interface à la PS3. La navigation se fait toujours dans les deux directions, à l’horizontale et à la verticale avec l’image courante en vignette.

Equipement

L’équipement est relativement classique. Une seule paire de lunettes actives est fournie avec le téléviseur. A croire que la 3D, c’est avant tout un truc de célibataire. La connectique est dans la moyenne de ce que l’on est en droit d’attendre, avec quatre prises HDMI, une Péritel et l’USB Host compatible magnétoscope numérique. Sony hélas, c’est un peu le catalogue Mercedes : beaucoup de modèles, beaucoup d’options. Parmi celles qui sont compatibles avec l’écran que nous vous présentons aujourd’hui, signalons le dongle WiFi USB (80 euros, mais l’Ethernet fait parti de la configuration de base, heureusement), la Webcam pour Skype (100 euros), et bien entendu les paires de lunettes 3D supplémentaires (80 euros). Au passage, l’écran est compatible Sony Entertainment Network, le nouveau nom de Qriocity que le constructeur trouvait difficile à vendre. Sachez enfin qu’après mise à jour du firmware, vous pourrez également piloter ce téléviseur avec les applis pour smartphone de la marque.

Consommation

La consommation du Sony KDL40HX720 est dans la moyenne de ce que l’on trouve d’habitude sur les écrans LCD/LED de cette diagonale. Là aussi, la comparaison avec le Sony KDL40EX720 tient la route.

tablo2.jpgLes réglages du Sony KDL40HX720 sont plutôt bien pensés. Nous trouvons toujours les couleurs un peu chaudes par défaut sur les écrans de la marque. Là aussi, on constate que la parenté avec le Sony KDL40EX720 ne se limite pas au design. Nous avons mesuré la température des couleurs en chaud 2 à 6100K. C’est encore un peu trop chaud, mais c’est largement tolérable. Le chaud 1 quant à lui est trop froid à 7100K. D’ailleurs, l’activation du pré-réglage cinéma vous amène systématiquement sur le mode chaud 2 pour la température des couleurs. Comme le prouve la courbe suivante, c’est loin d’être ridicule :

delta_40hx720.jpg

Pour rappel, ce graphique donne la différence entre la nuance de couleur désirée et celle réellement affichée.

– Si DeltaE > 3, alors la couleur affichée est sensiblement différente de celle exigée, cet écart pourra être perçu par l’utilisateur.
– Si DeltaE < 2, LaCie considère que la calibration comme réussie, une légère différence persiste mais elle sera quasiment indécelable par son propriétaire. - Si DeltaE < 1, la fidélité des couleurs est excellente. Toutes les couleurs sont correctes, au moins 95% sont tout simplement parfaites. tablo3.jpg

Le contraste est excellent, à plus de 2370 :1. Et contrairement à un écran comme le LG 55LW980s, il n’y a pas besoin de forcer le rétro-éclairage LED. La profondeur de noir est appréciable, c’est vraiment une très bonne chose. Attention toutefois, l’écran est ici à dalle brillante. En plein jour, le contraste est donc à nuancer selon vos conditions d’éclairage dans la pièce.

Passé au Gretag Eye-one Display 2, l’écran montre un plein respect du standard en vigueur. LED ou pas, ce modèle Sony apporte un peu de rigueur là où le folklore est la règle.

gammut_40hx720_final.jpg

Le gammut représente la richesse des couleurs affichées. Les coins du triangle sont les couleurs primaires (en synthèse additive, bien sûr). Ainsi, la surface du triangle représente l’ensemble des couleurs affichables en combinant les trois teintes primaires avec plus ou moins d’intensité pour chacune d’entre elles. Donc plus la surface du triangle est étendue, plus les couleurs sont riches.

Uniformité spatiale

Nous avons mesuré l’uniformité de cet écran. C’est correct, mais il faut tout de même signaler une petite fuite dans le coin inférieur droit. On ne pourra pas donc prétendre qu’il n’y a pas de souci d’uniformité sur les images sombres. Cela dit, c’est tout de même très acceptable.

Nous réglons la dalle sur 50 % de luminosité, 50 % de contraste et nous mesurons l’uniformité de l’éclairage sur une image blanche quadrillée en 64 zones de taille égale : le point le plus lumineux est considéré comme le point 100 %, la valeur du noir précédemment mesurée est considérée comme 0 %, les autres valeurs mesurées sont étalées ensuite.

unif_40hx720_final.jpg

Pour l’instant, le Sony KDL40HX720 se montre tout à fait digne de trôner dans le salon de quelqu’un qui se soucie un tant soit peu de la qualité d’image. Il n’est pas très beau, mais il est précis et plutôt fiable dans sa colorimétrie.Le Sony KDL40HX720 n’est pas vraiment rapide. On peut jouer, mais vous verrez ça et là quelques traînées, particulièrement visibles derrière les objets clairs sur fond sombre. Ce que la courbe ci-dessous ne montre pas, c’est que le temps de descente, d’une image claire vers le fond sombre, dépasse les 10ms.

latency_40hx720.jpg

Pour rappel, encore une fois :

Cette courbe recense les différentes valeurs de latence en fonction du niveau de gris à atteindre. Une alternance noir-blanc se traduit sur la courbe par un point avec l’abscisse 255, une alternance noir-gris donne un point à 125 d’abscisse tandis qu’une alternance noir-gris foncé affiche 50, etc. La latence officielle ISO spécifiée par le constructeur ne concerne que les transitions noir/blanc (0/255).

Dans la pratique

Qualité vidéo

Globalement, nous avons apprécié le rendu d’image de cet écran. Le contraste a été mesuré à près de 2300:1. C’est excellent. Les couleurs sont suffisamment correctes. En revanche, certaines options déroutent. Ainsi, il faudra se contenter du premier cran du Motion Flow. La compensation d’image selon Sony assombrit en effet l’image exagérément. Mais rassurez-vous, les images sont fluides. Le contraste dynamique est à utiliser avec modération également. Il a tendance à brûler les teintes claires au-delà du premier palier. A noter enfin que certaines options ne servent à rien. C’est le cas par exemple des couleurs naturelles, dont l’impact sur l’image n’est vraiment pas évident.

Définition

En HD, l’écran bénéficie d’un rendu de très grande qualité, très conforme au cinéma. On n’est pas du tout dans l’image clinique, comme on a pu le voir par le passé sur de nombreux modèles LCD/LED. En définition standard, l’image est plutôt propre. Vous pouvez essayer l’amélioration de détail pour revigorer un peu vos vieux DVD ou la TNT, mais le résultat dépend tout de même fortement du master de départ. Ainsi, si l’image est granuleuse, elle ressortira bruitée après traitement.

3D

Sony_lunettes_3D.jpg

Pour la 3D, Sony a vraiment vécu une traversée du désert l’année dernière. Soyons honnêtes, Sony ou pas, les dernières créations de la marque oscillaient entre le médiocre et le catastrophique pour ce qui est du rendu en relief. Même leur haut de gamme laissait à désirer, comme avait pu le mettre en évidence le test du Sony KDLHX920. Le 40 pouces que nous vous présentons ici semble vouloir rétablir la donne. En effet, la sensation de relief sur les Blu-ray 3D est bien présente, il y a peu de crosstalk et pour une solution à lunettes actives, la stabilité de l’image est étonnante. D’ailleurs, les lunettes Sony sont toujours sujettes à l’inclinaison de la tête. Lors que l’on penche la tête à droite, les images deviennent rouges. Lorsque l’on penche la tête à gauche, c’est le bleu qui domine. C’est pénible et au final ça gâche un peu la fête.

Jeu vidéo

Dans les jeux vidés, la réactivité est suffisante. On a vu mieux mais ça reste tout à fait jouable.

Mode PC

L’écran est compatible PC via son entrée HDMI. Ca fonctionne sans souci.

Qualité sonore

La qualité audio est plutôt bonne. L’appareil intègre trois haut-parleurs : deux enceintes stéréo et un subwoofer. Si la spatialisation est correcte, la quantité de basses disponible n’est pas vraiment suffisante pour remplacer ne serait-ce qu’un kit 2.1 de base.

Conclusion

Sony_KDL40HX720_3.jpg

Le Sony KDL40HX720 est vraiment un bon téléviseur. Il n’est pas excessivement cher et il a au moins le mérite de nous réconcilier avec la 3D chez Sony. Il faudrait pour bien faire une paire de lunette supplémentaire et une dalle qui ne soit pas brillante. Mais à l’heure actuelle, en 40 pouces, c’est un écran tout à fait recommandable, en 2D comme en 3D.

Retrouvez tous nos téléviseurs en test dans nos pages.

tablo4.jpg

Pas de commentaires

Laisser un commentaire