[ Mercredi 2 mars 2011 ] par Stéphane Kauffmann
Terratec Noxon iRadio 300 et 360, web-radio modulable
|
7
Bonne bouille
Enceinte supplémentaire
Qualité sonore décevante
Lecture réseau simpliste
 Prix en boutique (hors frais de port)
NOXON iRadio 360 PIXmania certified seller 215.01 €
TerraTec NOXON iRadio 360 PriceMinister 189.00 €
TerraTec NOXON iRadio 300 PriceMinister 157.19 €
NOXON iRadio 300 PIXmania certified seller 189.81 €
Terratec NOXON iRadio 300 Speaker - Enceinte supplémentaire PIXmania certified seller 61.20 €


Noxon iRadio 300 & 360, une bonne bouille





En fait, il s’agit du Noxon iRadio car Terratec a décidé de séparer ses activités, et les web-radios seront désormais commercialisées sous la seule marque Noxon. Pourquoi pas, même si ces subtilités marketing semblent bien triviales et qu’il reste à espérer que la paie du génie qui a trouvé cela n’a pas amputé l’argent attribué au développement. Ce n’est pas le cas si on s’en tient à l’esthétique. La bouille est sympathique avec un look rétro vintage. Le revêtement en plastique caoutchouté mat est qualitatif et le tissu tendu en façade rappelle les postes d’antan. Sinon, c’est le dépouillement avec une molette multifonctions qui pilote tout. Elle tourne évidemment ; en exerçant une pression dessus, on valide. Un seul bouton argenté en périphérie sert de retour arrière.



Sur le dessus, dix boutons permettent de mémoriser cinq stations, de piloter les fonctions de lecture et de mettre en veille. Un écran LCD blanc sur noir d’une diagonale de 8,5 cm complète le tableau. A l’arrière, un interrupteur permet de couper complétement l’alimentation. La prise réseau est complétée par des sorties ligne, casque et enceinte secondaire.



Avec ou sans enceinte secondaire




Car la particularité de cette radio est d’être modulable en adoptant ou non une seconde enceinte séparée. Déjà, elle peut s’acquérir sans à 170 euros sous l’appellation Noxon iRadio 300. Cela suffit à un usage transistor dans la cuisine pour écouter les infos le matin. Le modèle 360 à 200 euros est directement livré avec l’enceinte cubique supplémentaire. Dotée d’un fil assez long, on peut la placer loin de la radio pour garantir un bon effet stéréo qui manque à toutes les autres. Une bonne idée donc si ce n’est que c’est encombrant et qu’il y a un fil qui se balade. On conçoit justement une web-radio comme un objet de petite taille et mobile en opposition à la chaîne du salon. Chacun pourra choisir selon ses priorités.



Complétons ce tour du propriétaire par la télécommande qui pour une fois n’est pas basique mais reprend la logique de la molette avec un pad directionnel, la validation et le retour. C’est bien mais déroutant car pour naviguer, il faut appuyer sur les touches haut et bas, alors que droite et gauche commandent le volume. Lorsque l’on est dans les menus, on a une tendance naturelle à vouloir passer d’un écran à l’autre par la touche de droite ce qui fait revenir au son. Pas très ergonomique.



En revanche, la molette sur l’appareil est bien pensée, tout comme l’est la navigation en général. On peut regretter qu’il n’y ait que cinq présélections ce qui est un peu juste même si on peut enregistrer des favoris. En fait, c’est l’écran qui pose problème. S’il est bien lisible dans l’absolu, sa réactivité est si catastrophique qu’au moindre scrolling dans un sens ou un autre, on ne voit plus rien.






Noxon iRadio 300 et 360, un assistant pas toujours très explicite >