Quand Bing explique comment pirater Microsoft Office 2019

0

Aussi étonnant que cela puisse paraître, Bing, le moteur de recherche de Microsoft, explique très clairement comment pirater la dernière version du Pack Office.

Quand Bing explique comment pirater Microsoft Office 2019
Bing

Vous connaissez sûrement Bing, le moteur de recherche de Microsoft. Peut-être que vous l’utilisez au quotidien, comme environ 20% des Français. Ce qui vous ne soupçonniez pas, en revanche, c’est que Bing pouvait vous expliquer en détails comment pirater le Pack Office 2019. Tout est expliqué, dans les moindres détails. La bourde de Microsoft méritait d’être relevée !

Une explication pas à pas pour pirater le Pack Office

C’est Jeroen Frijters, expert de la cybersécurité, qui a annoncé la nouvelle il y a quelques jours sur son compte Twitter. Ce dernier a démontré qu’en tapant la requête « Microsoft office 2019 download » sur le moteur de recherche Bing, l’internaute avait accès à un véritable tutoriel lui expliquant comment procéder au piratage du logiciel le plus célèbre du monde.

Comme à son habitude, Bing met en avant un site populaire dans un encart situé en haut de la fenêtre de recherche. Manque de chance, l’encart qui a été positionné sur cette requête renvoie au site crackfullpc, qui explique pas à pas comment télécharger illégalement et comment pirater le logiciel Microsoft. Le site explique dont à l’utilisateur comment manipuler le logiciel uTorrent qui sera utilisé. Toute la suite de la procédure est expliquée dans les détails, jusqu’à la recherche de la clé d’activation permettant de cracker la prochaine version du Pack Office.

Voir aussi >> Le rachat de uTorrent par un site de cryptomonnaie ne change rien

Une bourde qui a rapidement été retirée de l’interface Bing

Si la situation est risible, parce que Microsoft est à la fois propriétaire du Pack Office et du moteur de recherche Bing, elle n’a bien évidemment pas été postée sciemment. Les lois de l’indexation et du référencement Bing ont fait que le site crackfullpc s’est retrouvé en tête de liste sur cette requête en particulier.

Quelques heures après le tweet de Jeroen Frijters, l’encart avait bien évidemment disparu de l’interface Bing. Cependant, si le site pirate ne figure plus dans l’encart de référence, on note tout de même que ce dernier a continué de se voir indexé dans les résultats de la recherche. Microsoft n’a donc pas totalement banni son référencement.

Microsoft : entre sécurité et piratage

Si la mise en avant d’un site pirate dans les résultats préférés de Bing peut prêter à sourire, elle n’est pas sans rappeler que les dispositifs de Microsoft ont connu d’importantes failles de sécurité au cours de l’année 2018. Nous ne pouvons qu’espérer que 2019 soit synonyme de meilleures nouvelles pour le développement de logiciels plus sécurisants et à un coût compétitif.

Noter cet article

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here