Lutte contre les spycams en Corée du Sud avec des autocollants

0

La Corée du Sud tente de lutter contre le porno spycams sévissant à grande échelle dans le pays. En effet, la police a demandé aux Coréens de placer et coller des autocollants sur les caméras de leurs smartphones.

Lutte contre les spycams en Corée du Sud avec des autocollants
Des autocollants pour ne plus être espionné

Les spycams sont une pratique pornographique, malheureusement trop répandue en Corée du Sud,consistant à filmer l’intimité et le corps des femmes à leur insu et de manière cachée, sans qu’elles ne s’en rendent compte. Ces caméras secrètes les filment dans les toilettes publiques ou peuvent aussi prendre des photos sous les jupes des femmes, en public. Ensuite, ces images appelées « molka », sont utilisées comme matériel pornographique et diffusées en ligne sur des sites porno, les réseaux sociaux, etc. Et cela, évidemment, sans le consentement des victimes.

De nombreuses mesures prises en Corée du Sud contre les spycams

Pour combattre la pornographie par spycams, les femmes ont protesté contre ce sexisme et cette pornographie cachée par caméra dont elles sont la cible par les voyeurs.

Afin de lutter contre ce fléau se répandant de plus en plus et rapidement, le gouvernement coréen a déjà pris plusieurs mesures. La dernière prise par la police est de cacher grâce à des autocollants l’appareil photo et la caméra des téléphones mobiles. La police a donc créé des protections d’appareil photo et les distribue. L’objectif de cette mesure est de réduire la pornographie spycams.

Cependant, les autorités ont déjà pris des initiatives pour lutter contre la pornographie spycams puisque les téléphones portables vendus dans le pays doivent désormais émettre un son lors de la prise des photos, afin de décourager les enregistrements clandestins. De plus, les transports en commun et zones publics devraient disposer d’équipements pour détecter les caméras cachées. Les endroits ou installations publics dérogeant à cette réglementation s’exposent à une amende. Puis, le public a été sensibilisé au fait qu’il est illégal et contraire à la morale de filmer une personne sans son accord dans son intimité et de poster la vidéo sur Internet.

Des caméras minuscules

Mais ces mesures sont insuffisantes, car les voyeurs trouvent toujours et encore de nouveaux moyens pour capturer les images. Ils utilisent des caméras espionnes de plus en plus petites et également des objets comme des stylos, des montres ou même des chaussures ! Il existe également des applications pour couper le son de l’obturateur et des équipements spécialisés facilement accessibles en ligne.

C’est pourquoi, les femmes vérifient avec méfiance les WC publics, les cabines de salle de bain, les piscines ou remplissent les petits trous suspects des murs qu’elles voient. Malheureusement, certains appareils de tournage cachés sont parfois trop petits pour être vus.

Enfin, la loi stipule que toute photographie ou tout enregistrement public de nature sexuelle ou d’humiliation doit être considéré comme criminel et passible d’une très forte amende ou d’une peine de prison maximale de 5 ans. Cette punition devrait suffire à empêcher que cette pratique ne se développe, mais très peu de délinquants sont arrêtés. En effet, la plupart des victimes de spycam ne savent même pas qu’elles ont été filmées ou qu’un film sur elles existe comme le signale la BBC.

Que pensez-vous de cette news ? Dites-le nous dans les commentaires !

Lutte contre les spycams en Corée du Sud avec des autocollants
4 (80%) 1 vote

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here