[ par Stéphane Kauffmann
Audio haute résolution : mieux en numérique
En tant qu’audiophile exigeant, il n’y a plus aucune raison de mépriser le numérique et le dématérialisé, comme en atteste cet article. Désormais, il existe des fichiers sources de meilleure qualité que le CD, des appareils pour les écouter sans les dégrader et aussi des casques pour les restituer dignement.
 Prix en boutique (hors frais de port)
Câble vidéo coaxial pour écran VGA haute résolution 15 m avec audio HD15 M/M PIXmania certified seller 45.96 €
Extender VGA haute résolution avec câble UTP émetteur et le récepteur audio Cat.5 VE01HA PriceMinister Occasion 186.29 €
home cinema 51 avec son haute résolution Noir PriceMinister 905.31 €
OEM HDMI SPLITTER 4 WAY haute résolution pleine 3D PriceMinister 113.49 €
Voir tous les prix !


Audio haute résolution : c'est quoi ?



Ouverture-02.jpg
Dans l’audio, un constat s’impose : la qualité de restitution est revenue au centre des débats. Les audiophiles, voire le grand public intéressé, sont prêts à investir dans leur passion. Ce constat vaut aussi bien pour l’audio résidentiel que nomade. Pour la maison, la chaîne stéréo dédiée haut de gamme se vend très bien et s’ouvre peu à peu à la musique dématérialisée. De son côté, le son nomade bénéficie de casques haut de gamme que le public plébiscite tout autant. On assiste même à une réelle percée des appareils d’élite comme les préamplificateurs, les casques à plus de 500 euros ou encore les enceintes Hi-Fi hors de prix. Sauf qu’en même temps, la désaffection des supports physiques est tout aussi marquante, exception faite des nostalgiques qui achètent plus de vinyles que jamais. Dans le salon, la situation est moins dramatique car il est toujours possible d’acheter des CD mais en même temps, un lecteur Hi-Fi de qualité vaut très cher et ne sera pas à même d’améliorer une qualité somme toute limitée avec du 16 Bits / 44 KHz antédiluvien à l’échelle du numérique. Il y a bien une tentative avec le Blu-ray Pure Audio présenté en grande pompe par la Blu-ray Disc Association mais l’on doute que l’audiophile envisagera sérieusement d’utiliser son lecteur Blu-ray. Si de plus en plus de sites de vente proposent de la musique haute définition, le français Qobuz en tête, il est en revanche plus compliqué de les restituer. Cependant un smartphone de qualité en audio (et il en existe) associé à un bon casque peuvent faire l’affaire. Une solution qui sera toutefois impensable pour l’audiophile accompli qui investit dans sa passion. Bonne nouvelle pour lui, il existe désormais des lecteurs audio numériques et des convertisseurs qui relèguent au rang de jouet n’importe quel lecteur de CD, aussi haut de gamme soit-il. Mauvaise nouvelle, les prix sont astronomiques. Et si on est prêt à investir en nomade, il est possible de trouver un baladeur et un casque intraauriculaire qui ridiculisent des chaînes audiophiles Hi-Fi. Pour tout savoir sur ce sujet et rêver un peu, il ne vous reste plus qu’à lire ce dossier !

Abolir le MP3



Si en résidentiel des solutions décentes pour l’écoute Hi-Fi existent, la situation est toute autre pour le nomade. Là, il est sûr que tout support physique est définitivement banni et pour alimenter un casque à 1 000 euros, il faudra se contenter du MP3 et d’un convertisseur de smartphone, une aberration en soi ! Il est donc impératif que l’audiophile nomade puisse disposer de sources numériques de qualité ainsi que de l’appareil capable de les convertir dignement en analogique. À la fois à la maison pour la chaîne Hi-Fi et surtout pour le casque nomade, il était donc grand temps que cela change et que le dématérialisé soit à la hauteur de ce qu’il est aujourd’hui possible de faire en matière de qualité. En effet, le numérique est en mesure de faire mieux que tous les supports d’enregistrement qui ont existé jusqu’à lors, tout simplement parce qu’il n’est limité par aucun support physique. Pour autant, nul besoin d’aller plus loin que ce qui existe déjà, les fichiers sans perte DSD initiés par le Super SACD offrent une qualité largement au-delà de ce que l’oreille humaine est capable de percevoir, du moins objectivement, car subjectivement c’est un autre débat…

Ouverture-03.jpg


Sony a introduit un label du même nom mais aucune norme ne définit la frontière avec l’audio haute définition. Pour nous, il ne fait aucun sens d’attribuer un tel label à un appareil de restitution. En revanche, la définition s’accorde parfaitement au fichier source. On peut déjà écarter tout format qui effectue une compression destructive comme le MP3. En revanche si elle n’entame pas les informations, la compression ne pose pas de problème. Comme la norme « standard » en musique est le CD depuis très longtemps et que cela correspond à du 16 Bits / 44 kHz, on peut estimer que tout ce qui est au-dessus devient de la haute définition. Attention, si le gain en qualité sonore est audible, cela ne se justifie que si la prise son originale a été faite dans des conditions au moins équivalentes. Réaliser un fichier 24 / 96 à partir d’un master sur CD ne fait aucun sens pour le coup...

Ils existent !



Quels types de fichiers sont à la disposition des éditeurs et des sites de vente en ligne aujourd’hui ? C’est la première interrogation. Le DSD issu du SACD développé par Sony et Philips dans les années 90 est le plus qualitatif et aussi le plus simple à convertir en analogique dans la meilleure qualité. Contrairement aux autres formats, c’est une technologie 1 Bit avec un débit allant jusqu’à 5,6 Mbits/s. Cela correspond à du 20 Bits / 176 kHz sauf que cette équivalence n’a pas grande valeur pour la restitution comme nous le verrons. En fichier classique sans perte, on peut désormais monter à 24 Bits / 192 KHz en utilisant un format comme le FLAC. Cela ne veut pas dire que le son n’est pas compressé mais il l’est sans perte, soit sans altérer la qualité par l’acceptation d’une perte d’information. Le FLAC n’est pas le seul format qui peut désormais digérer cette qualité, le WAV et le WMA chez Microsoft tout comme le AIFF et le ALAC / Apple Lossless chez la pomme en sont capables aussi. Ensuite, c’est une question d‘efficacité par rapport à la taille de fichier et de ce point de vue, le FLAC est bien placé. Toujours est-il que les formats et les fichiers existent, reste à les trouver puis à les lire. De ce point de vue, le 192 kHz demeure l’exception mais le 96 kHz devient commun. Reste à savoir si la différence est audible…

DSD-PCM.jpg


Qobuz pionnier



Les services qui vendent de la musique numérique tardent à se mettre à la haute résolution. C’est le français Qobuz qui est précurseur dans le domaine avec un nombre d’enregistrements haute définition qui ne cesse de croître sous l’appellation Studio Masters. Car à ce stade, il faut aussi préciser que si le master n’est disponible qu’en 16 Bits / 44 KHz, soir la qualité CD, il ne sert à rien d’en faire un fichier 24 Bits / 192 KHz. Soit on repart de l’enregistrement original si la qualité est suffisante, soit il s’agit d’un nouvel enregistrement. Toujours est-il que Qobuz propose de nombreux enregistrements en 24 Bits / 96 KHz et quelques-uns en 192 KHz. Lors du téléchargement, on peut choisir le fichier entre WAV, WMA, FLAC, AIFF et ALAC. Pour l’heure, pas de DSD cependant. Aucun site ne le commercialise en France, il faut aller voir aux États-Unis et au Japon mais avec une adresse IP française, on vous refusera l’achat en raison des droits ! iTunes - pourtant à l’origine de la toute première offre de téléchargement audio légale à succès - traîne la patte, même si désormais il y a le label Mastered for iTunes qui propose un enregistrement à partir du master original et non plus du CD mais comme derrière il s’agit toujours d’un fichier AAC 256 Kbits… Gageons cependant qu’avec l’apparition d’appareils audio haute définition, les politiques des sites de musique vont évoluer. Car vous vous en doutez, en téléchargement illégal, le FLAC 44 ou 96 KHz est déjà devenu un standard !

Qobuz.jpg
0/10

Audio haute résolution : quid du matériel ? >
L'avis des lecteurs
Nom ou pseudo
Email (ne sera pas affiché)
Commentaire
Balises HTML désactivées, hyperliens formatés automatiquement
Indiquez le résultat de l'opération (ci-dessous)

Poster le commentaire