Des résumés de films spéciaux chez Netflix

0
Netflix et paypal

Une personne s’occupant des résumés des films d’horreur chez Netflix, en anglais, le fait de manière assez spéciale.

Vous connaissez peut-être la blague des stagiaires des chaînes d’information continue à qui sont attribuées toutes les fautes d’orthographe ou de grammaire des textes affichés à l’écran, vous allez découvrir celui de Netflix qui a en charge le résumé des films d’horreur.

Il n’aime pas

Crédit VentureBeat / Chris O'Brien
Crédit VentureBeat / Chris O’Brien

Comme sur beaucoup de site et de services de streaming vidéo, vous avez souvent un résumé sur la fiche de chaque film. Pour les films d’horreur de Netflix, le site VentureBeat a remarqué que la personne en charge de les écrire s’en charge « spécialement » en donnant presque un avis personnel.

Ainsi, pour le film Cherry Tree Lane, de 2010, le résumé anglais est le suivant :

« A knock on the door turns a family dinner into a taste of horror. Should have made reservations instead. »

Cela pourrait se traduire par :

« Un coup à la porte va donner un goût d’horreur au dîner d’une famille. Ils auraient dû faire une réservation à la place », sous-entendu « aller au restaurant ».

Pour le film The Chosen, de 2015, il en va ainsi :

« Something diabolical is inside young Angie. Her relatives must be sacrificed so she can live. Puberty is such a pain. »

ce qui donne :

« Quelque chose de diabolique vit en la jeune Angie. Ses parents doivent être sacrifiés pour qu’elle vive. La puberté est si douloureuse. »

Et la liste continue ainsi :

Cockneys vs Zombies, 2012 : Bank robbers and splattery zombie attacks just go together. Like peanut butter and jelly, or an old fart with a mallet.

House of Voices, 2004 : A new job at a lonely orphanage in the Alps. Mysterious sounds. A single resident who is insane. It’s career change time.

Inside, 2007 : A deranged woman enters a pregnant widow’s quiet home. Tonight is about to get way more excruciating than childbirth.

Piranha, 2010 : An earthquake releases prehistoric man-eating fish in a lake full of spring break partiers. The party is so over.

Sinister, 2012 : His new house comes with a mystery and a stash of grisly murder footage. Aren’t home movies the worst?

Splinter, 2008 : An inexplicable entity gets under your skin, then grows right through it. There’s a term for this: Yikes!

The Devil Inside, 2012 : A homicidal woman. Totally insane. Possibly possessed by demonic forces. Let’s just call her mom.

The Faculty, 1998 : Your science teacher’s out for blood and sprouting tentacles. Now is probably not the time to bring up your grades.

The Reef, 2010 : When your yacht is sinking in shark-infested waters, you have two choices. Unfortunately, neither of them is good.

Vampires Suck, 2010 : In a town full of monsters, a girl falls for two wickedly handsome hunks. The prom is gonna be a nightmare.

Soit Netflix est au courant et assume pleinement ces résumés quelque peu comiques, soit cette personne est déjà à la recherche d’un nouveau stage ou emploi.

Pas de commentaires

Laisser un commentaire