Des robots contre le crime dans la Silicon Valley

0
gallery111

Une start-up de Palo Alto, Knightscope, déploie dans les rues de la Silicon Valley des robots pour lutter contre le crime.

Non, ce n’est pas le pitch d’un nouveau film d’anticipation ou de science-fiction, mais bien une réalité d’aujourd’hui. Ces robots, les Knightscope K5 Security Robot, sont déjà dans les rues et patrouilles pour dissuader ou récolter des données.

Bardés de capteurs

K5GifCes robots ne sont pas armés, ce qui pourrait arriver aux États-Unis vu les lois en vigueur dans certains états. Par contre, ils sont équipés de multiples capteurs qui leur permettent de voir à 360°, d’entendre, de sentir et de ressentir. Le système de guidage et de pilotage est le même que celui des Google Car.

Ils mesurent un peu plus d’un mètre cinquante, pèsent près de 137 kg, sont de forme ovoïde et de couleur blanche. Ils téléchargent en temps réel ce qu’ils voient et entendent et sont conçus pour réagir à des bruits significatifs comme le bris de glace ou des coups de feu. Si cela se produit, le K5 enregistre alors beaucoup d’informations sur son environnement comme la géolocalisation, photos, vidéos, plaques d’immatriculation des véhicules à proximité et même les visages des personnes proches dans l’éventualité d’une reconnaissance faciale.

Les K5 peuvent donner l’alerte aux autorités compétentes en cas de « détection » crime via une plateforme Internet accessibles aux forces de l’ordre.

gallery113Le K5 est déjà en fonction dans des centres commerciaux ou des campus universitaires comme assistant de sécurité et, selon Stacy Stephens cofondatrice de Knightscope, ils ont un très bon accueil et reçoivent même des câlins.

Le business model de Knightscope pour les K5 est MaaS, Machine-as-a-Service, et coûte 4 500 dollars par mois, pour un service 24h/24 et 7jr/7 soit 6,25 dollars de l’heure.

Toutes ressemblances avec Dalek de Docteur Who est fortuite…

Pas de commentaires

Laisser un commentaire