Les internautes les plus influents sur Twitter auraient le même comportement que des bots

0

TwitterUne étude réalisée par des étudiants de l’université de Cambridge montre que les internautes les plus influents sur Twitter auraient tendance à se comporter comme des bots.

L’étude des bots sur Twitter

Les comptes Twitter célèbres, ceux avec plus de 10 millions d’abonnés, montrent un comportement ressemblant à celui des bots et ce plus fréquemment que les comptes avec moins d’abonnés, selon cette recherche. En effet, des étudiants de Cambridge ont utilisé les donnés de Twitter pour déterminer s’il était possible de détecter de façon précise les bots, de savoir comment ils se comportaient et comment ils impactaient la vie sur Twitter.
Ce faisant, ils se sont rendus compte que les célébrités très suivies ont tendance à retwitter à des taux similaires que ceux des bots, c’est-à-dire au même rythme. En comparaison, pour des comptes avec moins d’abonnés, les bots twittent beaucoup plus que les humains.

Zafar Galani, le responsable de l’étude, l’explique de cette façon à Digital Trends : « Les bots ont tendance à tweeter beaucoup et à poster du contenu pour attirer l’attention de leur public. Les célébrités font exactement la même chose, sauf qu’au lieu de mettre en ligne du contenu non personnalisé comme les bots, elles partagent des éléments et des actualités de leur vie quotidienne. ». Puis il continue : « C’est sans doute parce que les bots ne sont pas si doués lorsqu’il est question de créer du contenu original sur Twitter. Ils se reposent donc beaucoup plus sur les retweets et la redirection de leurs followers vers des sites externes. ». Quant à la question de l’impact des bots, de savoir s’ils sont bons ou mauvais, voici ce qu’il avance : « Beaucoup de gens pensent que les bots sont néfastes ou dangereux, mais ce n’est pas vrai. Ils (les bots) peuvent être tout et n’importe quoi, tout comme les humains. Certains d’entre eux peuvent ne pas être légaux ou moraux, mais la plupart d’entre eux sont inoffensifs. Ce que je vais faire ensuite c’est modeler le coût social de ces bots, savoir comment ils changent la nature et la qualité de la conversation en ligne ? Ce qui est clair cependant, c’est que ces bots sont la pour rester ».

N’hésitez pas à nous laisser votre avis dans les commentaires !

Pas de commentaires

Laisser un commentaire