Le vice-président de Samsung arrêté et mis en détention

1

Samsung

Le vice-président de Samsung, Jay Y. Lee, a été arrêté et mis en détention pour des soupçons de corruption à très haut niveau. Pas une bonne histoire pour l’image de marque.

C’est une histoire qui date de plusieurs mois et soulevait un problème majeur de corruption par Samsung au plus haut niveau de l’état sud-coréen. En effet, le vice-président de Samsung, Jay Y. Lee – Lee Jae-yong de son vrai nom, aurait versé plus de 34 millions d’euros à Choi Soon-Sil une conseillère spirituelle de la présidente sud-coréenne Park Geun-Hye.

Pas le père

Jay Y. Lee / Wikipédia
Jay Y. Lee / Wikipédia

Ce scandale avait mené les députés à voter la destitution de la présidente en décembre dernier. Le procès en destitution est toujours en cours. Après que la justice ait entendu Choi Soon-Sil, l’enquête s’était orientée vers Samsung et son vice-président Jay Y. Lee. S’il a le titre de vice-président, Jay Y. Lee dirige réellement le conglomérat Samsung, car le président du groupe, Lee Kun-Hee, qui est aussi le père de Jay Y. Lee, est actuellement gravement malade.

Une première tentative d’arrestation avait eu lieu au début de l’année, mais n’avait pu aboutir faute de preuve suffisante. Mais cette fois, la Cour centrale du district de Seoul a indiqué que de nouvelles preuves suffisantes étaient apparues entraînant de nouvelles charges criminelles et aboutissant à l’arrestation de Jay Y. Lee.

Ce dernier est dorénavant en détention à la prison de Uiwang, au sud de Seoul. Cette histoire touche aussi d’autres institutions du pays, comme la Fair Trade Commission et la Financial Services Commission, qui sont soupçonnés d’avoir pris des mesures en faveur de Samsung et de la famille dirigeante.

Après la saga du Galaxy Note 7, en voici une nouvelle qui pourrait aussi avoir des retombées sur l’image de marque.

1 commentaire

Laisser un commentaire