Absher : l’application qui permettait de traquer les femmes en Arabie Saoudite

3

Une application permettant d’être au courant des déplacements des femmes en Arabie Saoudite a créé une importante polémique. D’apparence contraire aux droits de l’Homme, l’ application a été maintenue par Google et Apple sur leurs répertoires respectifs.

Absher : l' application qui permettait de traquer les femmes en Arabie Saoudite
Play Store

C’est une bien étrange application qui a vu le jour sur le Play Store ainsi que sur iTunes en Arabie Saoudite. Absher est une application qui permet de localiser une femme en temps réel, et d’être prévenu par SMS en cas de déplacement ou d’actualité la concernant. Une manière de fliquer en temps réel une personne, chose évidemment contraire aux plus simples des libertés individuelles.

Plusieurs personnalités ont demandé le retrait de l’ application

Bien évidemment, la mise en ligne d’un tel logiciel a de quoi choquer. L’application permet en effet, pour les citoyens et résidents d’Arabie Saoudite, d’être au courant de certains déplacements d’une personne surveillée directement par SMS. En clair, les hommes peuvent librement surveiller les déplacements de leurs femmes et être au courant au moindre faux pas.

Plus officiellement, cette application est décrite comme une collaboration entre les citoyens et les services de sécurité, en permettant de localiser une personne en temps réel. Cela est donc censé permettre une meilleure protection de ses proches. Mais la réalité est toute autre, et elle est sans doute bien sombre. L’utilisation détournée de l’application permettrait aux hommes de traquer le moindre déplacement des femmes, et ce, en contradiction totale avec la plus élémentaire des libertés individuelles : la liberté de se déplacer.

Voir aussi >> 29 applications pirates bannies du Google Play Store

Alors que la protection des droits des femmes et des libertés individuelles a grandement progressé en Europe au cours des dernières années, la présence de cette application en Arabie Saoudite semble déranger. Celle-ci semble être l’exemple parfait de ce que l’on appelle plus communément la « cyber-violence ». Une nouvelle forme de violence qui n’utilise plus les mains, mais directement la technologie.

En réaction à la sortie de cette application, de nombreuses personnalités politiques, notamment aux USA, ont demandé à Google et Apple de retirer cette application de leurs catalogues respectifs. Après une promesse d’enquête par les deux marques, Google a conclu qu’Absher ne contredisait en aucun point ses conditions d’utilisation. Étonnant, lorsque l’on s’aperçoit que le Google Play Store permet la diffusion d’application qui ne promeuvent aucune forme de violence.

De nombreux commentaires d’opposition à la suite de cette décision

À la suite de cette décision, de nombreux commentaires d’opposition ont vu le jour sur le Play Store. Parmi eux, de nombreuses comparaisons entre l’application et la traite des « noirs », ou encore le retour à la discrimination des juifs. Les Américains qui avaient soulevé le caractère absurde d’une telle application ont estimé que la décision de Google était « profondément insatisfaisante ». Il faut dire qu’en matière de droits de l’Homme, on aurait pu légitimement attendre une étude un peu plus poussée chez Google.

Toujours est-il que cette application, dont la note doit être parmi les plus basses du Play Store, peut toujours être téléchargée. Qu’en pensez-vous ?

Absher : l’application qui permettait de traquer les femmes en Arabie Saoudite
2.3 (46.67%) 3 votes

3 COMMENTAIRES

  1. Alors la, je ne comprends pas. Facebook le fait, google le fait, des dizaines de soft permettent de le faire… Des hommes/femmes/divorcés/parents les utilisent pour traquer des femmes/homme/ex/enfants etc… D’accord, bon, ca craint. On aime ou pas, bref.
    MAIS
    Faudrait peut etre arréter un peu la victimisation des femmes et les accusations brutales envers les hommes. J’en suis un, je ne traque personne, faut arreter sans deconner !!! Spécifiez un peu de quel type de population/société il s’agit.
    Je suis feministe mais je commence à en avoir ras le bol.

  2. Super commentaire : « je ne suis pas un traqueur donc arrêtez de m’importuner avec ce genre de remarque… »
    Donc parce que certaines personnes font n’importe quoi, il ne faut pas le dire parce que cela vous fait mal aux yeux ?
    Comme vous le dites, beaucoup de monde le fait.
    Et cet article illustre, malheureusement, les dérives possibles de cette application…

    C’est ça qu’il faut dénoncer : un comportement pitoyable et pervers (potentiellement de harceleur, voire pire) qui cherche à savoir ce que fait l’autre (quel qu’il/elle soit).
    Tant que ce comportement pourri persiste, oui, il faut en parler, au risque de lasser et d’importuner certains.
    Peut-être qu’à force de le voir/lire/entendre, les personnes concernées changeront (par répétition) et si les autres qui sont « moins » concernés, mais qui désapprouvent, expliquent que ce comportement est anormal (là j’y crois un peu plus), on arrivera peut-être à ce que les comportements évoluent.

    « Je suis féministe mais je commence à en avoir ras le bol » => ras le bol que ça n’avance pas malgré votre engagement, vos remarques constructives auprès de votre entourage (famille, collègues, connaissances) sur le sujet ?
    Je comprend cette fatigue et cet abattement. Changer les mentalités de notre société qui a un bon fond patriarcal bien installé et un tantinet sourd, malheureusement, cela prend un peu de temps.
    Continuons !

  3. Pourrait-on simplement eviter de dire « Les Hommes », et un peu mieux préciser ?
    Je suis « un homme » , et je pense meme qu’une majorité « d’hommes » sont des gens respectables.
    Je me dit que les gamines qui passent leur tps a lire et à entendre « Les hommes sont pourris », risquent d’en faire une généralité. Et ca, ca va pas aider.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here