LG 34UM95 : Le moniteur du grand large

0

L’écran LG 34UM95 est sans doute le premier moniteur informatique 21:9ème que l’on peut recommander sans trop de souci. Il faut dire que jusqu’ici, les 21:9ème disposaient d’une résolution verticale des plus limitées, mais avec ce magnifique modèle, on a enfin 1440 lignes verticales pour 3440 colonnes. De quoi voir venir. Seulement voilà, toutes les applications ne passent pas sans heurts sur cette dalle IPS.

34UM95-02.jpg

L’écran LG 34UM95 est un bien bel objet, à la fois technique et esthétique. Mais c’est un écran dangereux. Disposer d’une telle surface d’affichage au bureau tient tout simplement de la pornographie. Un peu comme un prince perdu dans son palais aux 500 pièces, vous pourrez, vous aussi, susciter la jalousie de vos collègues en clamant haut et fort : « han… j’ai encore perdu ma souris sur mon écran, rolalala, qu’est-ce que c’est grand quand même ». On vous donne deux semaines à ce régime avant de finir impitoyablement cloué par vos collègues sur la porte de la salle de pause non sans avoir été préalablement torturé à grand renfort de touillettes à café avec d’ailleurs, il faut bien l’avouer, une certaine conscience professionnelle. Mais je m’égare. Toujours est-il que vu la place qu’il prend sur le bureau, on apprécie que la coque ne soit pas directement issue d’une ligne de production d’ex-RDA.

Surtout, sur le plan technique, l’appareil est très complet et offre, enfin, une résolution verticale compétitive, avec 1440 lignes, soit la hauteur d’un écran WQHD. L’intérêt de disposer d’une telle surface d’affichage est immédiat. On peut éditer plusieurs documents en même temps, voir jouer tout en gardant un œil sur ses réseaux sociaux.

_DSF8609.JPG

tablo1.jpg

Design et finition

N’ayons pas peur des mots, c’est un écran superbe. La finition est exceptionnelle, les matériaux sont nobles. Le pied est en plexiglas, ce qui donne l’impression que l’écran flotte au-dessus du bureau. Le reste est en métal, sauf le dos, qui reste en plastique gris, parce qu’on ne se refait pas, chez LG.

_DSF8612.JPG

Malgré tout, l’assemblage du pied en plexi, directement vissé sur châssis pose quand même quelques questions quant au vieillissement de l’ensemble.

Ergonomie

L’ergonomie est assez particulière. L’écran est tout juste réglable en inclinaison. L’accès à l’OSD se fait par un microscopique joystick situé sous la dalle, au niveau du témoin d’alimentation. Il faut un certain temps d’adaptation, mais on s’y fait.

_DSF8610.JPG

Le menu est très complet. En plus des réglages de bases, il propose toute une foultitude d’options permettant d’ajuster la mise à l’échelle de l’image, de façon à supprimer les bandes noires intelligemment quand on regarde un film. Nous y reviendrons.

Equipement

C’est sans doute l’appareil le plus complet de cette rentrée 2014 : HDMI, DisplayPort, Thunderbolt et hub USB sont de la partie. C’est donc plutôt une bonne nouvelle pour les utilisateurs de Mac. Pas de connectique analogique donc, et on regrettera qu’une seule prise USB soit en version 3.0. Mais dans l’ensemble, c’est plutôt satisfaisant. Attention toutefois, en HDMI, vous serez limité aux 30Hz.

_DSF8611.JPG

En plus de cela, l’engin est doté d’une section audio très correcte 2x7W délivrant un son étonnamment clair pour un moniteur informatique.

LG 34UM95 : une consommation assez élevée

Le moniteur LG 34UM95 consomme beaucoup. En même temps, il est aussi grand qu’un téléviseur et ceci explique cela. Il faut compter 49 W dans nos conditions de mesure standard.

tablo2.jpg

LG 34UM95: plutôt bien réglé

Le moniteur LG 34UM95 n’est pas un moniteur pour la photo. Mais il est plutôt bien réglé et si vous avez un calibrateur, vous pourrez sans doute vous en tirer. Sans, c’est plus délicat. En effet, le réglage chaud est trop chaud à 5700K. Le réglage moyen est à 7400K, ce qui ne nous avance à rien. On vous conseille donc de tenter un réglage à la main : rouge=40, vert=54, bleu=55. On laisse le contraste à 70 et la luminosité à 10 et voilà le travail :

d_34UM95.jpg

Pour rappel, ce graphique donne la différence entre la nuance de couleur désirée et celle réellement affichée.

– Si DeltaE > 3, alors la couleur affichée est sensiblement différente de celle exigée, cet écart pourra être perçu par l’utilisateur.
– Si DeltaE tablo3.jpg

Pas de surprise côté contraste : c’est médiocre. Il faut dire que c’est une dalle IPS et on n’en attendait pas grand-chose. Et donc, on n’est pas déçu. C’est 800 :1 pour tout le monde et les dernières dalles IPS testées sont de la même veine.

Passé au Gretag Eye-one Display 2, l’écran montre qu’il respecte relativement bien les couleurs d’origine. Le vert et le rouge ont un peu dévié mais ce n’est pas bien méchant.

g_34UM95_final.jpg

Le gammut représente la richesse des couleurs affichées. Les coins du triangle sont les couleurs primaires (en synthèse additive, bien sûr). Ainsi, la surface du triangle représente l’ensemble des couleurs affichables en combinant les trois teintes primaires avec plus ou moins d’intensité pour chacune d’entre elles. Donc plus la surface du triangle est étendue, plus les couleurs sont riches.

LG 34UM95 : une uniformité spatiale honnête

Nous avons mesuré l’uniformité de cet écran. Pour rappel, voici la méthode :

Nous réglons la dalle sur 50 % de luminosité, 50 % de contraste et nous mesurons l’uniformité de l’éclairage dans une image blanche quadrillée en 64 zones de taille égale : le point le plus lumineux est considéré comme le point 100 %, la valeur du noir précédemment mesurée est considérée comme 0 %, les autres valeurs mesurées sont étalées ensuite.

u_34UM95_final.jpg

Le moniteur LG 34UM95 offre une uniformité correcte. C’est toujours difficile d’uniformiser les grands moniteurs informatiques et LG s’en sort avec les honneurs. Pas de bleeding particulier à noter ici. Bien joué !

LG 34UM95 : bouge ton corps, c’est pas vulgaire

L’écran LG 34UM95 offre une réactivité programmable comme beaucoup de moniteurs du marché. C’est bien. Sauf, qu’ici on ne peut pas dire que ça change radicalement la donne. L’écran est annoncé à 5ms et visiblement, il y a des départements technico-marketing où la drogue coule à flot lors des sombres soirées d’écriture de fiche produit.

l_lg.jpg

En effet, l’écran est mou du genou à la base. Par contre, la bonne nouvelle, c’est que vous n’avez pas à vous embarrasser d’affiner le réglage d’overdrive. Vous pouvez le pousser à mort. Et même dans ces conditions, on atteint un moyen 13ms.

Pour rappel, encore une fois :

Cette courbe recense les différentes valeurs de latence en fonction du niveau de gris à atteindre. Une alternance noir-blanc se traduit sur la courbe par un point avec l’abscisse 255, une alternance noir-gris donne un point à 125 d’abscisse tandis qu’une alternance noir-gris foncé affiche 50, etc. La latence officielle ISO spécifiée par le constructeur ne concerne que les transitions noir/blanc (0/255).

Dépassement de consigne

Même à fond la caisse, l’overdrive ne crée pas de négative Ghosting. L’appareil écope donc d’un A.

A_class.jpg

Pour rappel, la classe d’overdrive Ere-numérique permet d’évaluer la précision de l’overdrive sur les dalles LCD. Quelle importance me direz-vous ? Si l’overdrive est mal maîtrisé, les couleurs affichées ne sont pas du tout correctes pendant plus d’une image. On obtient une couleur plus flashy que celle demandée. C’est gênant dans les films où ce phénomène engendre du bruit vidéo. Dans les images animées, ce problème peut se traduire par l’apparition d’aberration chromatique. Certaines couleurs non demandées apparaîtront temporairement, du rouge dans une transition vert-jaune par exemple.

Dans la pratique

L’écran est un vrai plaisir au quotidien. Vous pouvez vous constituer un vrai tableau de bord avec votre document Word, une feuille Excel, un client mail ou messagerie instantané en plus des réseaux sociaux. Ça tient et ça reste lisible. C’est exceptionnel.

_DSF8609.JPG

Dans les films, LG a bien pensé à inclure des modes de visualisation permettant d’effacer les bandes noires. Sur PC, aucun intérêt. Votre logiciel devrait le faire pour vous. Mais sur console, ou via un lecteur Blu-ray, ça fonctionne parfaitement.

_DSF8615.JPG

Il existe aussi un mode adapté aux sous-titres, qui laisse s’afficher une partie de la bande noire inférieure. Mais tout n’est pas parfait. En effet l’énorme résolution de l’écran nécessite une mise à l’échelle considérable et même les blu-ray sont légèrement dégradés par le procédé.

_DSF8616.JPG

Idéalement, on vous conseille d’utiliser un PC pour vos films et de privilégier les sources en bonne définition. En revanche, les angles de visions sont vraiment larges.

Dans les jeux vidéo, ce n’est pas la panacée non-plus, mais c’est très jouable.

_DSF8613.JPG

La mise à l’échelle n’est pas recommandée, mais le constructeur propose un mode 1 :1, qui respecte la résolution d’origine. Si vous n’avez pas de carte graphique suffisamment puissante, vous serez malgré tout en résolution native. Avec, des bandes noires un peu partout, certes, mais ça fonctionne sans perte de qualité.

LG 34UM95 : et si le vrai luxe c’était l’espace

L’écran LG 34UM95 est un écran séduisant. On aurait aimé une calibration plus précise et une mise à l’échelle plus convaincante, mais pour une utilisation sérieuse, c’est un bon moniteur très capable. On le recommande à ceux qui passent leur journée à travailler devant un PC et à jongler sans cesse avec plein de fenêtres différentes alors qu’elles pourraient tout simplement s’afficher en même temps. Il faut tout de même avoir 900 euros à dépenser mais pour le coup, on pense que vous en aurez pour votre argent. Un moniteur pas parfait donc, mais suffisamment convaincant. D’ailleurs, une version incurvée du 34 pouces a été présentée à l’IFA et on l’attend de pied ferme.

tablo4.jpg

Retrouvez tous nos moniteurs LCD en test dans nos pages.

Noter cet article

8/10

Les Plus

  • Dalle matte
  • Finition
  • Design

Les Moins

  • Prix
  • Contraste
  • Mise à l’échelle perfectible

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here