Virus : PUBG connaît un ransomware un peu particulier…

0

Le jeu vidéo PUBG fait actuellement face à un ransomware loin d’être ordinaire : les fichiers sont bloqués, tant que vous ne jouez pas !

PUBG connaît un ransomware un peu particulier…
PUBG

Les ransomwares peuvent frapper n’importe qui, et ce n’est pas PUBG qui dira le contraire. Mais d’abord, qu’est-ce qu’un ransomware ? Il s’agit d’un logiciel malveillant qui va prendre en otage des données personnelles contre la réception d’une rançon. Ce cas de figure est arrivé à plusieurs reprises, et souvent, les consommateurs sont obligés de s’y soumettre. Seulement, pour le cas du jeu vidéo, il s’agit d’un ransomware un peu particulier… En effet, les hackers ne demandent pas d’argent, mais de… jouer !

PUBG : vous êtes obligé de jouer !

Les pirates qui ont investi ce jeu vidéo ne veulent qu’une seule chose : que vous fassiez une petite partie. Pour cela, les fichiers sont cryptés et un message s’affiche :

« Vos dossiers sont cryptés par PUBG Ransomeware ! Mais ne vous inquiétez pas ! Ce n’est pas si difficile à débloquer. Je ne veux pas d’argent ! Jouez à PUBG pendant une heure, ou utilisez ce code ».

Donc si vous ne souhaitez pas jouer, vous avez toujours la possibilité d’utiliser un code pour retrouver l’accès à vos données. Ce n’est pas un malware comme on a l’habitude d’en voir, il n’a pas l’air d’être très dangereux. D’ailleurs, plusieurs experts se sont intéressés à ce nouveau malware et ont affirmé que : « le ransomware crypte uniquement les fichiers de bureau des utilisateurs et les déverrouille après trois minutes de jeu ». Ainsi, même si vous avez d’autres choses à faire qu’une partie de PUBG, vous pourrez quitter votre partie après quelques minutes et retrouver vos fichiers facilement. Ces mêmes experts continuent tout de même leurs recherches pour connaitre les impacts que ce genre de malware en développement.

Et vous, vous aimeriez qu’on vous « oblige » à jouer ?

Virus : PUBG connaît un ransomware un peu particulier…
3.5 (70%) 2 votes

Pas de commentaires

Laisser un commentaire