Samsung Galaxy Camera : Le futur de la photographie

0

La photographie reste une passion bien ancrée dans nos contrées. Mais à quoi cela sert de prendre des photos si on ne les partage pas ? Samsung révèle ici un concept ultime : un vrai appareil photo intégré dans une vraie petite tablette 3G et Wifi, sous android 4.1. Assurément, le Samsung Galaxy Camera préfigure l’avenir de la photo… en compact tout du moins.

Le Samsung Galaxy Camera essaie de concilier deux usages à priori diamétralement opposés par les contraintes qu’ils imposent : le partage ultrasimple et la qualité photographique. Remplir ses disques durs de photos que personne ne voit jamais, voilà qui est bien triste. Et c’est pourtant ce que nous faisons, la plupart du temps. Le partage se fait le plus souvent via une petite projection sur la télé du salon, à un retour de voyage. C’est tellement peu satisfaisant que bon nombre d’amateurs se tournent vers le livre photo imprimé, une démarche un brin rétrograde, mais qui permet de feuilleter de temps à autre ses souvenirs. Pourtant, les solutions de partage en ligne existent. Bien sûr il y a Picassa. Il y a aussi 500px, plus social et qui revendique clairement une démarche de qualité photographique. Il y a enfin les réseaux sociaux comme Instagram, tombé dans l’escarcelle de Facebook, qui permet aussi de partager ses photos.

GALAXY-Camera-08.jpg

Hélas, il faut bien avouer que peu d’appareils photos, hormis quelques rares modèles Wifi ont intégré cette nouvelle dimension de la photo, ce qui explique que, le plus souvent, on se retrouve avec des clichés réalisés à l’aide de smartphones, dont les possibilités sont aussi assumées que les limites. Pour combler le vide entre ces deux mondes, Samsung a décidé de frapper fort en sortant sa Galaxy Camera. Concrètement, il s’agit d’un appareil photo compact, presque expert, intégrant une connexion Wifi, 3G, le tout sous Android 4.1. De grosses ambitions donc, qu’il ne reste plus qu’à concrétiser. Mais le pari est loin d’être gagné d’avance. Voici notre test, mené entre Toulouse et Bruxelles de cet appareil photo hors du commun.

avion.JPG

tablo.jpg

CMOS et connecté

Selon Samsung, cet appareil intègre un capteur d’image CMOS rétro-éclairé spécialement conçu pour économiser la batterie. Sur le papier, on se demande bien si la démarche est si légitime que cela quand on sait que l’écran au dos est un large LCD HD rétro-éclairé, qu’il y a un quadruple cœur dedans et que le zoom est mécanique et motorisé. Pas certain donc que le capteur d’image soit vraiment un gouffre énergétique dans toute cette affaire. Toujours est-il que le capteur est assez sensible, mais qu’il offre des images assez froides comme nous le verrons plus loin. Ce n’est pas un gros capteur. Il est d’un taille équivalente à un Nikon P310 par exemple.

La partie Android est très impressionnante. Pour les amateurs de tablettes, ses performances tiennent plus de la pornographie que de la froide liste de spécifications. Grâce au CPU quadruple cœur cadencé à 1,4GHz, la fluidité de l’interface est très appréciable. La prise en main de l’appareil à une main, comme on le ferait avec un Smartphone est moins agréable.

SAM_0002.JPG

Il faut dire que l’engin pèse son poids et le devant de l’appareil intègre un grip, pratique dans les prises de vues, mais assez pénible en mode tablette. Et l’optique, même rétractée gêne aussi la préhension. L’accès au Google Play est total, ainsi qu’au petit magasin d’application Samsung, qui ne propose pas un contenu très important pour l’heure. En revanche, les applications photo exploitent bien les possibilités de l’appareil. Nous avons bien évidemment essayé Instagram et les résultats sont très satisfaisants.

IMG_20121124_174336.jpg

En revanche, l’appli refuse de basculer en mode paysage, ce qui n’est pas tellement gênant pour une application qui prend des photos carrées. Et le zoom ne fonctionne pas non-plus. Si vous voulez filtrer vos photos, il faut donc : prendre une photo normale, l’importer dans Instagram, la recadrer et appliquer ensuite seulement l’effet qui vous plait.

sunlight.jpg

On sait que Samsung travaille conjointement avec des développeurs pour fournir des applications photos plus poussées, et dédiées à son Galaxy Camera mais pour l’heure, elles ne sont pas encore toutes disponibles. Nous avons téléchargé Pecan, par exemple, qui semble être optimisé pour Galaxy Camera, mais elle n’a pas bien fonctionné, son activation nous renvoyant systématiquement sur l’appli photo de base. Côté partage de fichier, outre les réseaux sociaux, il faut aussi compter avec l’intégration de Dropbox avec 50 Go de base ! Vos photos sont immédiatement synchronisées en 3G comme en Wifi, c’est une très bonne idée.

boba.jpg

Samsung Galaxy Camera : une conception sérieuse

L’appareil est un peu lourd dans la main, mais le moins que l’on puisse dire, c’est que la qualité de fabrication est au rendez-vous. Il est disponible en plusieurs versions, la blanche, quoiqu’un peu salissante, est du plus bel effet. Les pièces de métal et de plastiques sont parfaitement ajustées. Le zoom se déploie dans un silence rassurant. Ca respire la qualité. Au dos, on ne trouve aucun bouton. On a droit par contre à un superbe écran Super Clear LCD HD, de loin le meilleur que l’on ait pu voir sur un appareil photo, avec un piqué extraordinaire.

GALAXY-Camera-02.jpg

Tactile oblige, la dalle de verre recouvrant l’intégralité du dos de l’appareil ne sera pas sans poser quelques soucis dans les environnements très lumineux. On avait un peu d’appréhension quant à l’intégration d’un OS Android sur un appareil photo. En effet, les attentes ne sont pas tout à fait les mêmes et si la réactivité est importante pour une tablette, elle est tout simplement vitale pour un appareil photo ! Force est de constater que Samsung a vu plutôt juste. Certes, le Samsung Galaxy Camera démarre plus lentement que les appareils photos compacts auxquels nous sommes habitués, mais ça ne dépasse pas non plus les quelques secondes… quand l’appareil n’est pas complètement éteint, ce qui est le cas lorsque vous le laissez sans rien faire pendant un bon moment. Et une fois dans le mode photo, la réactivité est sans faille.Le Samsung Galaxy Camera n’est pas un Smartphone grossièrement taillé pour la photo. C’est un vrai appareil photo, avec un zoom motorisé, un autofocus et un capteur d’image de taille raisonnable. Attention, ce n’est pas de l’APS-C mais on est quand même loin des crasses de quelques millimètres carrés qui ornent généralement le dos de nos smartphones. Il est toujours difficile de trouver un compromis sur ce genre d’appareil. Mais là aussi, Samsung a fait du bon travail. Ainsi, vous pouvez shooter en mode automatique, avec différents rendus selon la scène, si vous voulez. Ou vous pouvez tout aussi bien passer en mode manuel ! Dans ce cas, plusieurs bagues apparaissent au dos de l’écran, un peu comme sur le fût d’un objectif, ce qui vous permet de régler les différentes options (ouverture, sensibilité, temps de pose, compensation d’exposition) à la volée. C’est assez séduisant, d’autant que les choix laissés à l’utilisateur sont pertinents. Par exemple, on a un vrai panel d’ouvertures (rien en dessous de F/2,8, hélas) là où d’autres appareils se contentent de deux positions distinctes.

SAM_0005.JPG

Le zoom 21x est également bienvenu, d’autant que la stabilisation s’avère plutôt performante. Voici par exemple le résultat en grand angle :

grand_angle.JPG

Et la partie zoomée (Coucou le Concorde !)

zoom.JPG

On peut voit que la netteté en plein zoom n’est pas fantastique et si la compensation s’accommode assez bien des tremblotements de la main (kikabu ?), les mouvements plus amples provoquent des décrochés pénibles.

Du reste, si l’optique n’ouvre pas très grand, elle permet de prendre des clichés en assez grand angle avec relativement peu de déformation en barillet.

aeroport.JPG

Le mode macro est également très appréciable, avec une distance de mise au point relativement courte, sous les 10 cm. En revanche, l’optique n’ouvre pas assez grand pour permettre un flou de profondeur de champs rapidement. Dommage.

macro.JPG

On apprécie aussi le rendu des photos de nuit, un brin HDR. En effet, pour réaliser ses clichés de nuit, l’appareil accumule plusieurs trames afin d’augmenter la dynamique en évitant, quelque peu le flou de bouger. Le résultat est étonnamment bon sur ce programme résultat :

20121128_222920_LLS.JPG

En revanche, dès qu’il y a de l’animation, il n’y a pas de miracle.

Une prise de vue agréable

Côté résultat photographique, c’est assez correct également. De façon assez étrange, l’écran pourtant capable de couleurs très vives offre un rendu terne, et un peu flou. Fort heureusement, il n’en va pas de même pour les clichés qui sont, eux, d’un piqué remarquable. On regrettera toutefois des tons chair un peu trop froid.

IMG_20121120_143611.jpg

L’autofocus est dans la moyenne, de jour comme de nuit. A noter que l’on peut choisir sa zone de mise au point grâce à l’écran tactile. En revanche, le zoom aux doigts, un peu comme sur une tablette, ne fonctionne pas. Enfin, dernier petit délire de Samsung côté photo : on peut commander l’appareil à la voix. C’est assez marrant de prendre des photos en disant « shoot » dans le micro.

hotel_de_ville.JPG

Signalons parmi les modes intelligents une fonction faisceau de lumière, qui permet de réaliser des clichés sympas, soit avec un laser, soit en regardant simplement le trafic. Mais dans la pratique, l’exposition requise est particulièrement longue, ce qui la rend peu praticable sans trépied. Sur ce cliché-ci, on était pourtant posé sur une rambarde, mais cela n’a pas suffi à éviter le flou de bougé. Il faut dire que le temps de pose est de 10 secondes !

ray_tracing.JPG

Samsung Galaxy Camera: une sensibilité correcte

Le petit CMOS n’est pas suffisamment performant pour le qualifier dans la catégorie des appareils photos experts, mais force est de constater que le couple capteur / traitement d’image fonctionne plutôt bien. A 100 ISO, il n’y a pas grand-chose à lui reprocher. Le piqué est très bon, avec une dynamique suffisante dans les zones d’ombre.

ISO100.JPG

A 200 ISO, pas de souci non-plus. Passons directement à 400 ISO. Dans ce cas on perd un peu de piqué, mais c’est très acceptable.

ISO400.JPG

A 800 ISO, c’est pour nous la limite de l’acceptable. On perd trop de modelé, les textures se font évanescentes. On aura donc raison de ne pas aller au delà.

ISO800.JPG

Signalons tout de même que, à 3200 ISO, l’image n’est pas si moche que cela. Et on pourra faire de petits tirages avec.

ISO3200.JPG

En tout état de cause, c’est un capteur correct, sans plus. Petite astuce : pour les photos de nuit, privilégiez le mode intelligent « Photos de nuit » qui a le bon goût de ne pas trop monter en ISO et de cumuler plusieurs images d’affilés pour un rendu très spectaculaire comme on peut le voir sur les clichés ci-dessous :

bxl_1.JPG

hotel_de_ville_2.JPG

Samsung Galaxy Camera : une vidéo exigeante

Côté vidéo, l’appareil peut filmer en 1080p à 30 images par secondes, avec un résultat assez froid ici aussi, mais finalement pas désagréable dans l’absolu. On l’a essayé dans une scène extrême, de nuit sur la grand-place de Bruxelles, et il s’en sort relativement bien, avec une bonne stabilisation.

De cet essai, il ressort deux défauts : tout d’abord, le zoom n’est pas très régulier, il y a des à-coups, ce qui nuit à la fluidité de l’opération. Ensuite, il faut bien reconnaître qu’à fort zoom, l’appareil perd les pédales quand il s’agit de faire la mise au point. En d’autre termes, mieux vaut rester en grand angle, ou à la focale que vous avez choisi. Oubliez le zoom.

Au final, on est plutôt séduit, pour ne pas dire conquis, par les possibilités du Samsung Galaxy Camera. C’est un tour de force réussi. Et il va sans dire que c’est de loin la meilleure option pour faire de la photo et la partager avec un seul et même appareil. Quelques regrets cela dit : l’autonomie est très limitée. Si vous utilisez le réseau, et si vous photographiez modérément, vous aurez tout de même du mal à tenir la journée sur la batterie. On a essayé, via le Wifi lors d’un trip à Toulouse, la batterie était pleine à 8h du matin et à 19h, l’engin a rendu l’âme. C’est dommage, mais vu la cavalerie numérique embarquée, on s’y attendait un peu. Reste une offre logicielle dédiée à étoffée… et un firmware pirate pour que l’on puisse téléphoner avec et le tour est joué !

Noter cet article

8.5/10

Les Plus

  • Connectivité
  • Compromis Tablette/Photo
  • Qualité de fabrication

Les Moins

  • Prix
  • Clichés un peu froids
  • Pas de chargeur dans la boite (USB)

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here