Une nouvelle addiction aux jeux vidéo qui interpelle le gouvernement

1

L’organisation mondiale de la santé s’inquiète sur les troubles des jeux vidéo pour nos enfants et certains adultes qui sont directement touchés part cette vague !

Une nouvelle addiction aux jeux vidéo qui interpelle le gouvernement
Un enfant jouant aux jeux vidéo

D’après les recherches émises en juin par lOMS, les jeux vidéo sont considérés comme néfastes pour l’avenir de nos enfants car ils impactent le développement de l’enfant.

Les critères utilisés par l’OMS dans son étude

Selon l’OMS, il faut savoir déterminer la durée du temps de jeu et la fréquence subie par l’enfant pour en étudier l’impact. Tout cela peut atteindre son comportement social dans la réalité, car en soi dans les jeux vidéo en ligne, l’enfant se fait aussi des amis. Devant son ordinateur, tablette ou téléphone portable, il peut connaitre des effets néfastes pour son système psychomoteur.

Au final, les personnes restent souvent seules devant leurs écrans sans que personne ne leur parle et restent enfermées dans cet univers sans découvrir le reste du monde. Même si ce genre de jeux vidéo reste ludique, car les parents n’ont pas le temps d’occuper leurs enfants ou que ces derniers aiment ça, il n’est pas impossible qu’ils restent pendant des heures dessus, alors que 15 minutes suffisent largement pour se divertir.

Addiction aux jeux vidéo, une préoccupation pour le gouvernement et l’OMS

À l’heure actuelle le gouvernement ne se préoccupe pas trop du danger qu’il peut y avoir pour les jeunes qui sont en pleine croissance, qui restent très fragiles sur l’influence des jeux vidéo quel que soit le mode de jeu.

Le sujet ne date pas d’hier, car le Ministère de la Culture souhaitait déjà faire usage d’un contrôle parental en 2010, lequel limiterait la durée et l’accès aux jeux vidéo. Selon l’administration, il faut se méfier du contenu qu’il peut y avoir dans ce genre de divertissements. Dans l’année qui a suivi, il y a eu une proposition de loi qui a été enregistré le 13 juillet 2010, laquelle consiste à imposer une pause obligatoire de 30 minutes minimum, voire plus, selon la durée passée dans les jeux vidéo.

Des études régulièrement menées pour prendre conscience des impacts sur la santé

Il n’y a pas si longtemps, une étude a été menée pour prendre conscience des conséquences de la cyberdépendance. Cette dernière n’a cependant donné aucun résultat probant. Devant ce scandale en 2016, l’OMS ainsi que des spécialistes et des académiciens reconnus ont protesté cette intégration.

En attendant des résultats plus probants concernant de telles études, la plupart des parents et des enfants devraient se montrer prudents quant aux effets néfastes que peuvent causer de telles pratiques.

N’hésitez pas à réagir dans les commentaires !

Une nouvelle addiction aux jeux vidéo qui interpelle le gouvernement
2.7 (53.33%) 3 votes

1 commentaire

  1. Et pourtant les ministères encouragent le développement du numérique et l’entrepreunariat, création de studios qui créent des jeux vidéos, ainsi que les différentes ligues d’ e-sports, qui participent à l’économie et aux profits…

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here