Eizo FORIS FG2421 : que vaut vraiment l’écran 240Hz ?

1

Eizo n’est pas une marque franchement fun. Elle est surtout connue pour ses écrans de références en matière de retouche photo et vidéo, où rares sont les marques qui peuvent rivaliser avec l’excellence d’Eizo en matière de colorimétrie et de rendu vidé. Aussi quand l’Eizo FORIS FG2421 est sorti, nous étions pour le moins sceptiques. Que venait faire une marque comme Eizo sur le marché des écrans de jeu ? et que valait vraiment cette technologie 240Hz. La réponse ici.

Eizo_Foris_FG2421-01.jpg

L’écran Eizo FORIS FG2421 est donc un 24 pouces (23,5 pour être exact) 240Hz à destination des joueurs, essentiellement sur PC d’ailleurs, mais nous y reviendrons. Coupons court à toute rumeur : non, la dalle n’est pas adressée à 240Hz. C’est du 120Hz avec un balayage du rétro-éclairage. Pour autant, dans les faits, l’appareil est loin de démériter.

tablo1.jpg

Design et finition

On ne trouvait déjà pas un constructeur comme IIyama super fun, mais à côté d’Eizo, IIyama fait figure de clown de fête foraine. L’appareil Eizo est d’une austérité qui n’a rien à envier à un plan de rigueur budgétaire européen. La coque est en plastique noire mate, les boutons au bas de la dalle ne s’embarrassent pas d’une intégration poussée.

DSCF1218.jpg

Tout est en plastique bien dur. Même l’OSD ferait passer le minitel pour un trésor de web design.

DSCF1219.jpg

On sent bien que le département marketing d’Eizo a demandé aux designers de faire un effort. Aussi, on a droit au dos de la dalle à un bel insert en plastique orange chantier.

DSCF1220.jpg

On aurait pu s’en passer. Bref, vous n’allez pas l’acheter pour frimer… à moins bien sûr que vos copains soient joueurs et alors là, oui, vous pouvez frimer, à mort.

Ergonomie

L’OSD n’est pas des plus sympas à utiliser. Il comporte assez peu d’options, très mal rangées et sa manipulation est aussi désagréable que son look. Malgré tout, globalement l’ergonomie n’est pas si mauvaise. En effet la dalle est ajustable en hauteur et en inclinaison et elle dispose d’un mode pivot.

Equipement

C’est un écran qui ne lorgne pas du côté des consoles de jeu. C’est un équipement dédié au PC avant tout. La connectique est à l’avenant : DVI, Display port et HDMI, sachant qu’en HDMI, vous ne pourrez pas atteindre les fameux 240Hz. Donc c’est une connectique d’appoint. Désolé pour les consoleux. Pour la même raison, pas de hautparleurs, mais une prise casque est à votre disposition et vous avez aussi droit à deux prises USB 3.0. C’est tout.

Eizo FORIS FG2421 : une consommation assez élevée

Le moniteur Eizo FORIS FG2421 consomme beaucoup d’énergie pour un 24 pouces. L’appareil engouffre la bagatelle de 35W en fonctionnement dans nos conditions de test nominales. C’est une dalle VA, certes, un peu plus gourmandes que les dalles TN, mais tout de même, ça fait beaucoup.

tablo2.jpgLe moniteur Eizo FORIS FG2421 s’inscrit dans la tradition des écrans de la marque. Aussi, il n’y a pas grand-chose à faire pour en tirer une image exceptionnelle. Nous vous recommandons tout simplement le réglage sRGB ici, à 6500K :

d_eizo.jpg

Pour rappel, ce graphique donne la différence entre la nuance de couleur désirée et celle réellement affichée.

– Si DeltaE > 3, alors la couleur affichée est sensiblement différente de celle exigée, cet écart pourra être perçu par l’utilisateur.
– Si DeltaE tablo3.jpg

Alors là, on s’étonne. Nos deux sondes de mesures ont enregistré des valeurs similaires : 3300 :1 c’est énorme. Evidemment, on n’obtient pas de tels résultats avec une dalle TN ou IPS. Ici c’est une dalle VA, un choix judicieux pour le contraste, mais pour le moins curieux quand il s’agit de construire un écran pour joueur. On y reviendra.

Passé au Gretag Eye-one Display 2, l’écran montre qu’il est très légèrement décalé dans le vert, rien de dramatique toutefois.

g_eizo_final.jpg

Le gammut représente la richesse des couleurs affichées. Les coins du triangle sont les couleurs primaires (en synthèse additive, bien sûr). Ainsi, la surface du triangle représente l’ensemble des couleurs affichables en combinant les trois teintes primaires avec plus ou moins d’intensité pour chacune d’entre elles. Donc plus la surface du triangle est étendue, plus les couleurs sont riches.

Eizo FORIS FG2421 : Uniformité spatiale

Nous avons mesuré l’uniformité de cet écran. Pour rappel, voici la méthode :

Nous réglons la dalle sur 50 % de luminosité, 50 % de contraste et nous mesurons l’uniformité de l’éclairage dans une image blanche quadrillée en 64 zones de taille égale : le point le plus lumineux est considéré comme le point 100 %, la valeur du noir précédemment mesurée est considérée comme 0 %, les autres valeurs mesurées sont étalées ensuite.

u_eizo_final.jpg

Le moniteur Eizo FORIS FG2421 offre une uniformité exceptionnelle. C’est tout bonnement excellent et on voit que la marque a su proposer un écran de jeu qui se montre aussi particulièrement bon dans le monde de la photo.L’écran Eizo FORIS FG2421 est un moniteur de jeu. Il offre un taux de rafraichissement de 240Hz. Mais comment fait-il ? En fait, la base est un écran 120Hz, doublé d’un balayage du rétro-éclairage. Ça veut dire plusieurs choses. Déjà, l’activation de cette fonction va faire perdre un peu de luminosité. C’est le cas en effet, mais comme le rétro-éclairage de base tient plus du phare fouilleur d’hélicoptère que de la bougie de resto romantique, avec ses 330 cd/m2, on en a sous la pédale. Donc pas de souci.

La seconde conséquence de ce choix technique, c’est qu’il faut un PC aussi pour profiter du surbalayage. En effet, nous avons essayé sur console en HDMI et ça n’a pas fonctionné. Il faut en passer par le display port ou par le DVI.

Du côté de la dalle, il faut aussi que ça suive. Car pour prétendre à un taux de rafraichissement de 120Hz, il faut au moins descendre sous les 8,3ms… et idéalement, pour atteindre 95% du signal établi dans chaque pixel, il faudrait 2,7ms. L’appareil annonce 1ms, certes. Mais dans la réalité c’est une autre histoire. Ce n’est pas aussi bien que sur notre modèle de référence Asus VG248QE.

l_eizo.jpg

Ici au mieux, on atteint 10ms, ce qui serait tout juste bon pour le 100Hz. Ça veut dire aussi que les bords des objets en déplacement perdent de leur luminosité pendant le déplacement. Et ça peut être gênant selon le curseur de souris choisi, dans un RTS ou un RPG.

Pour rappel, encore une fois :

Cette courbe recense les différentes valeurs de latence en fonction du niveau de gris à atteindre. Une alternance noir-blanc se traduit sur la courbe par un point avec l’abscisse 255, une alternance noir-gris donne un point à 125 d’abscisse tandis qu’une alternance noir-gris foncé affiche 50, etc. La latence officielle ISO spécifiée par le constructeur ne concerne que les transitions noir/blanc (0/255).

Dépassement de consigne

Eizo a bien fait son boulot, il n’y a pas de dépassement de consigne notable. L’overdrive est bien réglé, même s’il est un peu mou.

A_class.jpg

Pour rappel, la classe d’overdrive Ere-numérique permet d’évaluer la précision de l’overdrive sur les dalles LCD. Quelle importance me direz-vous ? Si l’overdrive est mal maîtrisé, les couleurs affichées ne sont pas du tout correctes pendant plus d’une image. On obtient une couleur plus flashy que celle demandée. C’est gênant dans les films où ce phénomène engendre du bruit vidéo. Dans les images animées, ce problème peut se traduire par l’apparition d’aberration chromatique. Certaines couleurs non demandées apparaîtront temporairement, du rouge dans une transition vert-jaune par exemple.

Dans la pratique

On attendait l’écran Eizo au tournant. Et c’est une excellente surprise. En photo déjà, on bénéficie d’un réglage vraiment convaincant et d’un contraste qu’on n’avait pas apprécié depuis longtemps. C’est une bonne chose. On préfèrera éviter toutefois la fonction « contraste enhancer » qui enfonce les teintes sombres. Dans le jeu, avec le mode 240Hz « Turbo » (j’ai l’impression de revenir dans les années 90 avec des noms pareils), l’image est d’une stabilité exemplaire. Certes, dans les mouvements de souris un peu rapides, les bords s’estompent, à cause d’une dalle nativement peu réactive par rapport à ce que la concurrence fait. Mais il n’empêche que l’image reste d’une grande qualité, avec un écran qui préserve les textures les plus fines dans les jeux. Enfin, excellente surprise, l’écran se montre vraiment exceptionnel dans les vidéos et les films. C’était pour nous le dernier point qui restait en suspens. Ici, pas d’effet caméscope et surtout peu de fourmillement. La dalle est bien contrastée et l’action est particulièrement fluide, même sur les Blu-ray.

Eizo FORIS FG2421 : le top au prix fort

FORIS_FG2421_press.jpg

L’écran Eizo FORIS FG2421 est définitivement un écran d’exception. Parfait, ou presque, dans les jeux vidéo, il se paie le luxe de la polyvalence, avec des performances étonnantes dans les films et aussi en photographie. C’est quasiment l’arme absolue que tout utilisateur de PC cherche. Malheureusement, le prix reste sur le haut de la tranche, surtout pour un 24 pouces. A 620 euros environ, c’est presque le double du prix d’un très bon Asus VG248QE. Du coup, le choix est tout de même difficile à faire, d’autant que les écrans Eizo se dévaluent très peu. Donc attendre n’est pas forcément une bonne option. On vous le recommande tout de même, tant il s’avère exceptionnel, mais il va falloir faire quelques heures supplémentaires pour se le payer.

tablo4.jpg

Retrouvez tous nos moniteurs LCD en test dans nos pages.

Noter cet article

9/10

Les Plus

  • Réactivité
  • Rendu vidéo
  • Qualité de construction

Les Moins

  • Design austère
  • Prix

1 commentaire

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here