Le Samsung Galaxy Note 8 crée la polémique aux JO d’hiver 2018

5

Le Galaxy Note 8 devait être offert à tous les athlètes des JO d’hiver 2018, sauf ceux de l’Iran et de la Corée du Nord. Le comité olympique a dû s’excuser.

Le Samsung Galaxy Note 8 crée la polémique aux JO d'hiver 2018

Tandis que le Galaxy S9 se dévoile de plus en plus, le Galaxy Note 8 de Samsung a encore fait parler de lui… pendant les JO d’hiver 2018 ! En effet, le Comité international olympique (CIO) a voulu offrir à tous les athlètes ce smartphone du sponsor sud-coréen. Cependant, deux délégations n’ont pas eu le droit de recevoir cette phablette, à savoir l’Iran et la Corée du Nord.

Samsung Galaxy Note 8 : le comité olympique s’excuse

Coûtant plusieurs centaines d’euros, ce Galaxy Note 8 est considéré comme un produit de luxe. Souhaitant respecter les sanctions internationales, relatives aux produits de luxe, contre l’Iran et la Corée du Nord, le CIO a décidé de ne pas offrir ce smartphone signé Samsung aux sportifs de ces pays.  Avant de se raviser.

Cette décision n’a pas plu à l’Iran, contraire aux valeurs positives et « à l’esprit des Jeux Olympiques« . Afin de faire taire la polémique et apaiser les tensions, le président du comité d’organisation des Jeux de Pyeongchang a envoyé une lettre d’excuses au responsable du comité olympique iranien. « Le Comité international olympique a confirmé que les athlètes iraniens étaient autorisés à recevoir et conserver les téléphones« , a-t-il ajouté. Finalement, les sportifs d’Iran, qui avaient protesté contre cette décision, ont refusé d’aller chercher les Samsung Galaxy Note 8.

Le comité olympique a également accepté de fournir les smartphones aux 22 concurrents de Corée du Nord, s’ils acceptaient de les rendre avant leur retour au pays. Les sportifs nord-coréens auraient refusé les phablettes offertes, sans faire de commentaire.

Que pensez-vous de cette news ? N’hésitez pas à commenter !

Le Samsung Galaxy Note 8 crée la polémique aux JO d’hiver 2018
3.3 (66.67%) 3 votes

5 COMMENTAIRES

  1. C’est nul cette histoire. Manque de fonds et plutôt pervers, ces dirigeants. N’ont rien à faire dans un milieu Olympique.

  2. Les états soit disant démocratiques sont les plus grands hypocrites, laissons le sport à part, facteur de rassemblement des peuples.

Laisser un commentaire