Molotov obligé d’arrêter les bookmarks des chaînes M6

0

Les bookmarks, l’enregistrement, des chaînes du groupe M6 sur l’application Molotov ne sont plus disponibles. La faute à qui ?

Molotov obligé d'arrêter les bookmarks des chaînes M6

Molotov a averti ses utilisateurs par email, mais aussi par un message dans l’application, que, dorénavant, les chaînes du groupe M6, à savoir M6, W9 et 6ter, ne pourront plus être bookmarker, c’est-à-dire enregistrer.

Ce n’est pas le fait de Molotov

Cette décision n’est pas du fait de l’application, mais du groupe M6. D’ailleurs, cela est expliqué via un message dans l’application lorsqu’on essaye d’enregistre un programme sur une des trois chaînes concernées.

molotov m6 800x600 - Molotov obligé d'arrêter les bookmarks des chaînes M6

Molotov précise donc qu’il trouve cette décision inacceptable et qu’ils sont contraints, en plus, d’arrêter le retour en arrière. En effet, sur ces chaînes il ne sera plus possible de reprendre au début un programme déjà entamé.

Que du direct, même pour Molotov payant

Le groupe M6 souhaite que ces fonctions ne soient disponibles que pour la version payante de l’application. Mais Molotov ne veut pas jugeant sûrement que ces chaînes sont gratuites sur la TNT et qu’elles doivent l’être aussi sur l’application.

Cela rappelle fortement les arguments d’Orange, de Free et de Canal+ face à TF1 et son offre « Premium« . Toutefois, le problème n’est pas le même puisque le groupe M6 ne veut pas faire payer ses chaînes à Molotov, mais que les services associés aux chaînes ne soient pas disponibles pour les utilisateurs « gratuits ».

Néanmoins, dans cette histoire, c’est une fois de plus le téléspectateur qui trinque. Et malheureusement pour les utilisateurs payants de Molotov, les fonctions de bookmark et de retour au début ne sont pas disponibles pour les chaînes du groupe M6. C’est le direct pour tout le monde.

Seule la mise en pause est encore disponible pour ces chaînes, mais il n’est pas possible d’avancer dans la lecture une fois la pause retirée.

Entre les histoires de TF1 et, maintenant, de M6, on peut s’apercevoir, peut-être, que les chaînes de télévision dites « classiques » ont peur face à une nouvelle manière de « consommer » les programmes télé. On peut aussi comprendre le succès que semblent remporter en ce moment d’autres solutions comme Netflix.

Noter cet article

Pas de commentaires

Laisser un commentaire