Test Samsung NX500 , un APN hybride vraiment très connecté

1

La photographie ne fait plus recette face aux smartphones toujours plus performants. Seul un rayon continue de croître : celui des hybrides, ces appareils photo reflex de petit gabarit et sans miroir de renvoi. Loin de vouloir concurrencer les pointures du genre, Samsung propose sa version de l’hybride : moderne, tactile et hyper connectée.

EV-NX3300BOBFR-258547-0.jpg

Il est loin le temps où le déballage d’un appareil photo relevait du rituel de réception d’une Rolls à sa sortie d’atelier. Parmi les accessoires livrés, on trouve juste un petit flash, peu puissant et surtout une optique 16-50 motorisée, ce qui est assez rare. Un chargeur est fourni. L’appareil se recharge via micro-USB, ce qui est une excellente chose là aussi quand on pense aux chargeurs de batteries propriétaires des concurrents. On notera aussi qu’il suffit de connecter l’appareil au PC pour que s’installe tous les softs nécessaires, pas de CD que l’on risque de perdre, bien vu ! La prise en main est plutôt bonne, aidée par un grip assez généreux et une interface pensée pour le tactile, pour une fois tout à fait recommandable. Autour de l’objectif, on trouve une bague gérant les priorités et/ou toute autre fonction que vous aurez bien voulu lui associer, une fois la touche ifn de l’objectif enfoncée.

test samsung nx500.jpg

À l’essai, l’appareil ne démérite pas. La qualité d’image est vraiment bonne, du moins jusqu’à 6400 ISO, où le grain devient très prononcé. Les RAW, à convertir en DNG pour une exploitation future sous Light-Room grâce au logiciel fourni, présentent un grain « poivre et sel » tout à fait acceptable, et pour tout dire proche de l’argentique. Les JPEG sont très exploitables aussi, mais le RAW remporte nos faveurs. En revanche, nous sommes un peu déçus par l’objectif. Il offre un piqué très correct, mais son ouverture, déjà pas fameuse à 3.5 en grand angle, glisse à 5.6 en plein zoom. Le mode rafale est très bon, grâce à un buffer bien dimensionné. Comptez 9 images / seconde environ en RAW+JPEG.

test apn samsung nx500.jpg

Que dire de plus ? L’appareil cède à la mode du selfie, avec un écran que l’on peut retourner complètement, si on a des problèmes d’ego ou pas d’ami pour se prendre en photo. L’appareil est surtout ultra connecté, avec le WiFi, le NFC et le Bluetooth. On peut ainsi en prendre complètement le contrôle via une application iOS/Android très bien faite. C’est pratique pour les portraits de groupe par exemple, histoire pour une fois de ne pas oublier le photographe. On aurait aimé un viseur, c’est vrai, mais vu la qualité médiocre des viseurs bon marché, on comprend que Samsung se soit abstenu.

ev-nx500_010_dynamic6_black.jpg

Au final, l’appareil est tout à fait recommandable. Certains railleront Samsung, comme toujours, sous prétexte que ce n’est pas une marque historique de la photographie. N’empêche, la qualité des images est là, en photo comme en vidéo. D’ailleurs, l’appareil filme sans complexe en 4k à 24 ou 25 images par seconde. Reste la question du parc d’optique. Certes, Samsung n’est pas encore Nikon ou Canon, mais nous avons déjà eu en test d’excellents cailloux comme le 85mm f/1.4. Bref, n’ayez pas peur de la nouveauté, foncez !

ob_96e6cf_samsung-appareil-photo-nx500-2015.jpg

Caractéristiques

Capteur CMOS BSI 28 MP
Résolution maximale 4608 x 3456
Vidéo 4k 25i/s
Objectif du kit NCx 16-55 mm f/3.5 -5.6
Écran Super AMOLED 1036 k
Mise au point AF par détection de contraste+contraste
Prise de vue en rafale Env. 9/s RAW+JPEG
Sensibilités ISO 100-25.600
Support mémoire SD/SDXC/DSHC
Interface USB 2.0, Wi-Fi, Bluetooth, NFC micro HDMI
Dimensions 119.5 x 63.6 x 42.5 mm
Poids complet, sans optique, avec batterie 292 g
Prix 600 euros

Concurrents

Panasonic Lumix GF7 – 500 euros
FujiFilm x-a2 – 475 euros
Nikon 1 J5 – 550 euros

Noter cet article
test samsung nx500

9/10

Les Plus

  • Design et finition
  • Qualité d’image globale
  • Hyperconnectivité

Les Moins

  • Bruit qui se fait sentir à 6400 ISO
  • Parc optique encore limité
  • Un peu déroutant au début

1 commentaire

  1. Très bon appareil.
    En revanche, Samsung a fait le choix d’empêcher le débraillage de la correction optique, y compris dans les raw. Pour s’en rendre compte la seule solution est d’utiliser le logiciel de samsung « raw converter » et dans les paramètres de correction de la distorsion, choisir l’option « réglages de l’appareil ». Pas intuitif ! Et dans Camera Raw, impossible de désactiver cette correction…
    C’est vrai au moins pour le 16-50 d’origine et le pancacke 20mm. J’ai contacté le SAV, ils ont reconnu le problème en m’invitant à espérer une maj du firmware. Je devine une stratégie fine pour fausser les tests d’optiques sur les sites spécialisés. Pas très élégant…
    Samsung a une logique malheureusement trop propriétaire. C’est dommage, car en dehors de ça, ce sont d’excellents produits.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here